Séméac (65) : Youmoussa, un jeune apprenti maçon-carreleur Guinéen, restaure l’église du XIIIe siècle

L’église de Séméac, nous la voyons tous les jours mais connaissons-nous son histoire. Actuellement des travaux sont effectués (presque finis) par l’entreprise Efficass et deux de ses personnels qui changent tout le carrelage sous la tribune rénovée. Au travail en ce moment pour cette réfection : le maître artisan Jean-Pierre Berriot et un excellent apprenti maçon-carreleur, Youmoussa Barry, 19 ans, originaire de Guinée.

Une première église fut édifiée vers 1285 par Raimond-Arnaud de Castelbajac. Incendiée par les Huguenots en 1569, elle fut reconstruite, en 1609, par les ducs de Gramont, avec les vestiges de l’ancienne. Elle fut ensuite remaniée au XVIIIe siècle, où le retable fut réalisé par Dominique Ferrère issu d’une famille de sculpteurs spécialisés installés à Asté qui ont fourni pendant près de deux siècles les décors et mobiliers originaux des églises haut-pyrénéennes.

Le clocher et le porche furent ajoutés sous le règne de Louis XV. La voûte en berceau, reposant sur 8 colonnes, date du XIXe siècle. Les grilles de la cour et du portail de l’église furent installées en 1898 et sont le fruit de la générosité d’un mécène séméacais.

La beauté et la portée historique de l’église Notre Dame de l’Assomption sont reconnues et le projet d’installation d’un orgue par l’association “Les Amis de l’Orgue” est devenu une évidence pour enrichir le patrimoine séméacais. Petit retour en arrière sur l’action menée : l’idée d’acquérir un orgue pour l’église s’est construite en 2009, au sein d’un petit groupe comprenant Geneviève Isson (alors maire), Francis Sylvestre et Jean-Paul Catala. L’association “Les Amis de l’orgue” est née de ce projet.

En 2012, un orgue d’époque romantique à Driffield, a été acquise en Angleterre. Un facteur d’orgue a effectué les travaux de sauvegarde nécessaires. En 2017, une délibération du Conseil municipal de Séméac a intégré l’orgue au sein du patrimoine communal. Dans l’église il y a une vaste tribune susceptible d accueillir l’orgue ; cette tribune a été renforcée et en partie refaite en 2019, mais le sol et son carrelage d’époque ont subi des dégâts.

La Dépêche