Série TV : « On est ensemble », un hymne à la solidarité

Temps de lecture : 3 minutes

Stéphane de Freitas, auteur du documentaire à succès « A voix haute », revient avec un nouveau film autour de la solidarité. Du Brésil au Mali, le réalisateur a voyagé à la rencontre de ceux qui luttent contre les injustices. A voir sur Netflix.

« Nos vies sont plus que jamais liées, qu’on se le dise », souffle au téléphone Stéphane de Freitas, le réalisateur d’« On est ensemble », disponible sur Netflix, qui met en avant des femmes et des hommes qui luttent pour améliorer le monde.

Au commencement était un clip, celui de la chanson « Solidarité » du collectif Lamomali emmené par -M- que doit réaliser Stéphane de Freitas, réalisateur du documentaire « A voix haute», sur l’éloquence, film sélectionné aux Césars et disponible sur Netflix depuis mardi. A l’arrivée, c’est aussi, et beaucoup, des histoires de femmes et d’hommes, des « héros du quotidien » qui se battent pour tenter « de réparer l’injustice », glisse le réalisateur. Très impliqué dans le milieu associatif, il signe avec « On est ensemble », un film touchant, joyeux et rassérénant.

Tout part de son engagement personnel, de sa fibre humaniste et sociale – il a fondé le réseau social d’entraide Indigo qui revendique 85.000 inscrits – et du constat qu’« il est très dur de faire vivre des initiatives citoyennes ». « Très peu de figures associatives sont aussi des figures médiatiques », souligne-t-il. Quand Matthieu Chedid lui propose de réaliser ce clip, Stéphane a l’idée de mettre en lumière des associatifs. Et d’aller les chercher aux quatre coins du monde, dans les pays dont sont originaires les artistes fédérés autour du noyau constitué de -M- et de Toumani et Sidiki Diabaté, dont Fatoumata Diawara, Santigold ou encore Seu Jorge.

Un acte de résistance

Au Brésil et aux États-Unis, en France et au Mali, c’est à leur rencontre qu’il nous nous emmène. A Sarcelles, où Mara et Le grand défi viennent en aide aux réfugiés quels qu’ils soient. A Rio, où Pamela œuvre auprès des femmes battues. A Philadelphie, encore, où d’Afaq, dite Fofo, jeune femme lumineuse, réfugiée du Darfour, poétesse et photographe lutte contre le racisme et l’islamophobie. Au Mali, où Broulaye est membre d’un réseau d’entraide d’albinos, noirs à la peau blanche trop souvent marginalisés par les sociétés africaines. En France, encore, où Tamara lutte contre les préjugés dont souffre la communauté chinoise.

« C’est un acte de résistance, ce film, estime Stéphane de Freitas. On a tendance à mettre sur le devant de la scène ce qui s’érode, s’effondre, ce qui fait peur, et c’est normal. Nous, on va à contre-courant en mettant sur le devant de la scène ceux qui construisent, réparent. C’est un film qui parle de lien, du rapport aux autres, poursuit-il. Nos vies sont plus que jamais liées les unes aux autres, et il nous incombe d’en prendre conscience et de construire un monde collectif ».

C’est l’histoire d’un clip, mais c’est aussi, et avant tout, des histoires humaines, des rencontres, avec ces « résistants ». Les artistes du collectif Lamomali ont reversé leurs droits aux causes que défendent ces cinq héros qu’on aime d’emblée. Ensemble, ils vivent, et nous font vivre, des moments forts en émotions dans ce documentaire. Des grands frissons, des instants de joie pure, de communion. « L’énergie de la solidarité est communicative », énonce la voix du réalisateur qui va filmer des milliers de personnes qui se sont agglomérées spontanément – notamment à Paris — dans de gigantesques happenings pour danser sur le titre « Solidarité » pour le clip.

Prochaine étape pour Stéphane de Freitas, un long-métrage de fiction en cours d’écriture. Avec, comme à chaque fois, une forte dimension humaniste. « Quand on a le privilège de pouvoir faire un film, on a aussi une responsabilité, et je me sens le devoir, comme un acte de résistance encore une fois, de mettre en lumière le meilleur côté de l’humanité ».

La Croix

2 Commentaires

  1. des femmes et des hommes qui luttent pour améliorer le monde.

    Et améliorer leur pays d’origine non ?

    « On est ensemble »
    contre les blancs…….

Les commentaires sont fermés.