St-Pierre d’Irube (64) : Collège Aturri au Pays basque, les élèves enfin évacués après une vaste opération anti-terroriste, “Deux personnes surprises sur des tapis de prière”

Le sous-préfet de Bayonne Philippe Le Moing Surzur, qui a assisté aux opérations, a tenu une conférence de presse ce début d’après-midi, avec le procureur de la République de Bayonne, Jérôme Bourrier

Le sous-préfet de Bayonne Philippe Le Moing Surzur a tenu une conférence de presse jeudi 21 octobre à 14 heures après l’intrusion d’individus au collège Aturri dans la matinée à Saint-Pierre d’Irube.

Les forces de l’ordre terminent leur opération de “levée de doutes”.

“Deux personnes prier sur un tapis de prière”

Il précise : “A 9 heures, trois élèves ont vu deux personnes prier sur un tapis de prière, et entrer dans le collège avec un sac à dos. Le principal M. Duros, après avoir contacté les services départementaux de l’Education nationale, a déclenché deux procédures d’alerte intrusion. Les élèves ont été confinés dans les classes, avec un adulte dans chaque classe. Les services de gendarmerie ont immédiatement été mobilisés pour effectuer une levée de doutes. Ils ont vérifié pièces par pièces le collège jusqu’à la levée de doutes à 13h30”.

Les enfants évacués dans le calme

Le sous-préfet indique “qu’aucune personne suspecte n’a été retrouvée dans l’établissement”. Sur le parking du collège, “deux véhicules suspects ont fait l’objet d’un déminage jusqu’à 14 heures”. Le représentant de l’Etat signale également que “nous avons pris soin d’évacuer les élèves, dans un tiers lieu, pour les sortir d’un environnement un peu stressant où ils étaient confinés.” Ils devaient retrouver leurs parents aux alentours de 16 heures.

A noter qu’un exercice alerte intrusion avait effectué dans ce collège la veille.

Le procureur de la République Jérôme Bourrier a indiqué que les services de la police judiciaire et de la brigade de recherche et d’intervention sont venus au soutien de la gendarmerie. “Les propriétaires des deux véhicules sont identifiés, et seront entendus. Ils ne sont pas connus défavorablement des services de police”. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Bayonne.

ne alerte intrusion a été lancée ce jeudi au collège Aturri de Saint Pierre d’Irube, près de Bayonne. Les élèves ont été confinés plusieurs heures dans l’établissement. Les forces de l’ordre ont fouillé le collège de fond en comble et deux individus sont toujours recherchés.

Les enfants du collège ont retrouvé leurs parents dans l'après-midi.

Les enfants du collège ont retrouvé leurs parents dans l’après-midi. 

“Le collège est en voie de sécurisation totale”, ce message, reçu en début d’après-midi par les parents des 700 élèves scolarisés au collège Aturri de Saint-Pierre d’Irube, a évidemment été un grand soulagement après plusieurs heures d’angoisse ce jeudi 21 octobre. Une “alerte intrusion” a été lancée dans ce collège de l’agglomération de Bayonne en début de matinée. Les élèves ont été confinés plusieurs heures dans l’établissement. L’alerte a été lancée après l’intrusion de deux personnes dans ce collège qui accueille 700 élèves. 

Deux individus recherchés

“Les deux individus n’ont pas été retrouvés à l’issue des opérations” a indiqué le sous-préfet de Bayonne, Philippe Le Moing-Surzur lors d’une conférence de presse. Des individus “adultes” qui sont entrés dans le collège “après avoir sonné au portail, à 8h30, quand les élèves étaient en cours.” De son côté, le procureur de la République de Bayonne a précisé que “deux véhicules suspects ont été neutralisés, il s’est avéré qu’ils n’étaient pas dangereux. Leurs propriétaires sont identifiés et ce sont des personnes sans antécédents.

Une longue exploration du collège et des alentours

Le plan particulier de mise en sûreté – PPMS – a été déclenché dans la matinée. Il s’agit d’un plan de sauvegarde instauré dans les établissements scolaires et qui prépare les personnels, les enseignants et les élèves à assurer leur protection en appliquant les consignes de sécurité définies par les autorités. Philippe Le Moing-Surzur avait détaillé le protocole en direct sur France Bleu Pays Basque à la mi-journée, expliquant que “les élèves [étaient] en sécurité, ils [étaient] confinés dans leurs classes avec leurs professeurs”. A la mi-journée, “le premier étage et le rez-de-chaussée [avaient] été explorés et les deux personnes qui se seraient introduites [n’avaient] pas été trouvées. La reconnaissance du sous-sol du bâtiment [était] en cours.” Quelques minutes plus tard, vers 13h15, des bruits d’explosion ont été entendus à proximité du collège. “Il s’agit d’une intervention des démineurs” a assuré un militaire à des parents inquiets rassemblés près du collège : “Vos enfants ne sont pas en danger.” 

Des retrouvailles émues

La préfecture avait demandé aux familles de ne pas se rendre sur place mais des dizaines de parents, prévenus par SMS par leurs enfants, se sont rassemblés dès qu’ils ont eu la nouvelle aux abords de l’établissement, près du rond-point du Dragon ou sur le parking du magasin Ikea. Un numéro de téléphone a été mis en place par les services de l’Education nationale. Après une longue attente, pour les parents et pour les enfants, les classes ont finalement été évacuées à pied, du collège jusqu’au mur à gauche, le terrain de pelote de la ville de Saint-Pierre d’Irube à partir de 15h. L’évacuation et les retrouvailles se sont prolongées dans l’après-midi notamment parce que les enfants ont été vus par des médecins, infirmiers, psychologues avant d’être appelés classe par classe, élève par élève, pour retrouver leurs parents. 

Les retrouvailles des parents et de leurs enfants à Saint-Pierre d'Irube.

Les retrouvailles des parents et de leurs enfants à Saint-Pierre d’Irube. 

Tout au long de cette journée, plusieurs élèves ont communiqué avec leurs parents par SMS depuis la salle de classe où ils devaient rester cachés. Une mère d’élève a notamment confié à France Bleu Pays Basque avoir reçu un message de son fils “depuis l’intérieur du collège où un gendarme serait rentré dans sa classe pour leur dire de se mettre en sécurité et de bloquer la porte.” Le collège a lui-même transmis des informations aux parents via le logiciel ProNote. 

“On m’a dit qu’il ne fallait pas paniquer” a témoigné la maman de deux enfants scolarisés en quatrième et en cinquième au collège Aturri. Une autre maman d’une élève de troisième nous a raconté comment elle avait reçu des messages de sa fille très effrayée quand l’alerte a été déclenchée : “Je lui ai dit de se calmer, j’ai quitté le boulot et je suis allée au collège mais je n’ai pas pu approcher. J’ai eu ensuite des messages de ma fille qui disait que ça allait, qu’elle avait très peur mais qu’ils étaient bien cachés.” Au fil de la journée, la tension décroissant, les enfants ont aussi adressé des messages plus rassurants à leurs parents. 

Un échange de SMS entre une mère d'élève et sa fille scolarisée au collège Aturri.

Un échange de SMS entre une mère d’élève et sa fille scolarisée au collège Aturri.

France Bleu