Stella Kamnga de la Ligue de défense noire française : « On m’accuse d’être une négresse de maison »

Temps de lecture : 3 minutes

Stella Kamnga en a gros sur la patate, et pas la langue dans sa poche! Cette jeune Camerounaise débarquée voilà trois ans en France s’est fait connaître cet été à l’occasion du mouvement Black Lives Matter, importé en France notamment par Assa Traoré, qui défend avec vigueur la mémoire de son délinquant et agresseur sexuel de frère Adama, et la Ligue de Défense Noire Africaine, dont elle n’hésite pas à pointer d’un doigt sûr l’hypocrisie.

Dans une longue vidéo, elle s’en prenait au violeur Egountchi, porte-parole de la LDNA, dans des termes que nous sommes ici trop pudiques pour les retranscrire.Mais plus que tout, c’est le lent délitement de la société française, qui se regarde s’effondrer sous les coups de boutoir indigénistes, qui l’effare. Elle, dont chaque mot respire l’amour de la France, est terrifiée par la décadence de ce peuple plurimillénaire qu’est le nôtre.

« J’étais à Sarcelles l’autre jour… C’est comme si le train avait pris un tunnel entre Creil et l’Afrique. Le bruit, l’odeur, l’état de délabrement. Même au Cameroun ce n’est pas comme cela », lâche-t-elle,encore incrédule devant ce qu’elle a vu.

Afin de lutter, à son échelle, contre cela, elle a monté une page Facebook, « Stella Kamnga, citoyenne contre la désinformation », dans laquelle elle, ainsi qu’une équipe de bénévoles, se tient droite contre les « vents mauvais » (pour subvertir les mots de Christiane Taubira) qui soufflent par chez nous.

Bien entendu, toute personne osant se dresser contre le bourrage de crâne antiraciste se voit accuser des pires tares. Imaginez en plus si elle est noire : c’est l’hallali ! Un déferlement de haine comme peuvent en connaître ceux que l’on soupçonne d’être des « traîtres à leur race », comme Zineb El Razhaoui, quotidiennement insultée et menacée de mort ou de viol. Un sort auquel n’échappe pas Stella Kanmga, en témoignent les nombreuses captures d’écran qu’elle partage régulièrement sur sa page Facebook.

Un torrent de boue et un harcèlement en meute qui devraient normalement faire réfléchir à deux fois la gauche avant d’intenter des procès en harcèlement à la droite.

« On m’accuse d’être une négresse de maison, de desservir la communauté noire. Mais il n’y a pas de communauté noire en France. Si la communauté, c’est de cracher sur la France, je ne veux pas en faire partie. J’ai subi beaucoup de racisme de la part des noirs, qui me disaient que je ne pouvais pas dire ce que je disais, mais aussi de la gauche. La gauche aime se poser en chantre de l’antiracisme, mais c’est elle qui aimerait me faire taire : ces gens refusent de comprendre qu’une noire peut aimer la France ! Je ne suis pas politisée, mais j’ai reçu beaucoup plus de soutien à droite qu’à gauche », nous assure-t-elle.

Sur ce point, il est difficile de mettre sa parole en doute, tant la gauche a tendance à voir dans les « populations racisées » de gentils simplets à qui l’on dit pour qui voter. Un racisme cynique, effarant et pernicieux, mais pas étonnant pour qui-conque connaît un peu leur façon de penser. On rappellera notamment que la colonisation est née de l’universalisme de la gauche, et de leur volonté de civiliser des populations à leurs yeux sauvages, comme en témoigne avec éloquence le discours sur l’Afrique de Victor Hugo, en 1879.

Pour lutter contre cela, Stella Kamnga a choisi de parler, mais aussi de se former. C’est pour cela qu’elle suit la formation continue de l’ISSEP, école de Marion Maréchal. Elle apparaît aussi régulièrement dans les médias du service public, très attachés au pluralisme d’opinion. Plutôt : ce serait le cas dans un monde idéal. Elle apparaît cependant régulièrement sur Sud Radio, et on a pu la lire sur Boulevard Voltaire, ainsi que dans d’autres médias qui n’étonneront pas le lectorat.

Mais, même si elle est déterminée à se battre, lorsqu’on lui demande si elle voit un espoir de redressement pour la France, sa réponse fait froid dans le dos : « Pour la première fois de ma vie, je ne suis pas optimiste. Je pense qu’on est allé trop loin, et voir que même les Français défendent ces délires est effrayant ».

Et, pour l’instant, le présent a tendance à lui donner raison : le pseudo antiracisme dévoyé et racialiste de la gauche communautaire actuelle a le vent en poupe, en témoigne notamment l’anathème unanimement pro-noncé contre Valeurs Actuelles, au moment même où la presse signait une tribune contre la liberté d’expression. Cocasse.

Stella Kamnga mène tout de même le combat pour cette liberté d’expression, pour le droit à défendre la France, et à l’aimer, d’où qu’on vienne. Mais elle n’est pas optimiste pour l’issue de ce combat, qui semble de plus en plus déséquilibré. Espérons, espérons et prions que l’avenir lui donnera tort.

L’Incorrect

8 Commentaires

  1. C’est vrai qu’un étranger peut aimer la France, ce n’est pas nouveau…
    Il faut dire que notre pays a eu pendant des siècles un rayonnement international, dans les domaines des arts notamment.
    Hélas, nous sommes en train de tomber, de tomber… Plus bas que terre.

  2. Je vois la photo, je me dis qu’à tout prendre, je préfère quand même croiser des sangliers, en forêt. Sans doute ma façon à moi d’en avoir “gros sur la patate” (pas douce), il faut dire que je vois exactement de quel RER elle veut parler, Creil-Afrique c’est le D, D comme dégueulasse déversoir à merdes qu’il faut absolument éviter. Je la verrais dans mon train, “elle, dont chaque mot respire l’amour de la France (mais LOL quoi)”, que ça n’augmenterait toujours pas la proportion de Blancs. Que cette Africaine s’empare du créneau du “bon Noir” (salut Makao) avec plus ou moins de sincérité, soit. Mais la droite qui la cornaque comme une vieille maquerelle hypocrite en habits de dimanche, ça vraiment je ne supporte plus. Cette façon de s’en servir pour faire valoir que “vous voyez nous on n’est pas si racistes que la gauche, les vrais universalistes qui assimilent, c’est nous, la République, c’est nous”… non mais franchement… D’ailleurs en bien y réfléchissant je me demande si à ce titre L’Incorrect n’est pas pire que Causeur.

Les commentaires sont fermés.