Strasbourg (67) : Immigration, 30 jours pour quitter la France

Le combat d’une jeune colombienne, Paula Triana est arrivée à Strasbourg en 2018 pour ses études. Strasbourg où elle a rencontré l’amour. Un an plus tard elle s’est pacsée. L’histoire de Paula et de Laurent aurait pu être une belle histoire. Amour, intégration réussie, perspectives familiales. Mais l’administration française en a décidé autrement car son visa étudiant est périmé et aujourd’hui, l’Etat lui demande de quitter le territoire.

En principe, l’histoire de Paula Triana et de Laurent Pavolini fait partie de ces histoires que l’on aime écrire et lire. Une jeune Colombienne arrive en France, fait des études brillantes à l’ENA et à Sciences Po à Strasbourg, tombe amoureuse d’un jeune Français qui est avocat et les deux projettent un avenir familial commun. Beau – intégration réussie, belle histoire d’amour, de brillantes perspectives professionnelles et familiales. Une belle histoire, jusqu’à ce que l’administration française s’en mêle.

Paula Triana, 28 ans, hautement diplômée, demande donc un titre de séjour « Vie privée et famille » – logique, puisqu’elle mène sa vie privée à Strasbourg et elle veut y fonder une famille avec l’homme avec lequel elle est pacsée. Quel autre titre aurait-elle pu demander ? Résultat de cette démarche administrative : un ordre de quitter la France le 11 juillet 2021. L’expulsion, alors que la Colombie connaît depuis plusieurs mois un regain de violences qui alarment ONG et organisations internationales.

La raison : malgré les preuves produites de leur communauté de vie (témoignages, photos, billets d’avion, correspondance avec la belle famille, etc.) ainsi que d’intégration en France de Paula, qui est notamment activement engagée dans une association strasbourgeoise d´aide à l’insertion professionnelle des jeunes, la Préfecture estime que ces éléments sont insuffisants, sans expliquer pourquoi, ni ce qu’il faudrait prouver de plus !

Le fait que Paula ait rendu visite à ses parents en Colombie (pour Noël !), est par ailleurs considéré comme une « preuve » que son centre de vie ne se trouve pas en France. Incroyable.

Mais où va la France si elle souhaite se défaire d’éléments aussi brillants que cette jeune Colombienne qui détient un Master 2 en Droit, Economie et Gestion de Science Po, l’une des meilleures écoles du domaine en France ? Qui est pacsée avec un Français en situation stable, en couple, avec des projets professionnels et privés ? Comment est-ce qu’une administration peut faire preuve d’aussi peu de flexibilité pour ordonner à cette jeune femme de quitter le pays, en prenant même le risque de briser un couple ?

Puisque l’administration se montre intraitable, le monde politique a été saisi et il doit intervenir rapidement. Car maintenant, c’est la course contre la montre. Une course qui oppose le bon sens à la française à la rigidité administrative à la française. Mais pour Paula Triana et Laurent Pavolini, il ne s’agit pas d’une course, mais de leur projet de vie. Espérons que cette histoire se termine bien pour Paula et Laurent et que ce cauchemar administratif puisse cesser…

Eurojournalist