Suède : Le 7 avril 2017, la jeune Ebba Åkerlund et 18 autres personnes étaient volontairement écrasées par un terroriste musulman conduisant un camion volé

Vers 15 heures le 7 avril 2017, un camion de livraison Mercedes-Benz Actros appartenant à la société Spendrups — un brasseur suédois — sort de la rue de l’église Adolphe-Frédéric et s’engage dans Drottninggatan (en français : la « rue de la Reine »), une des principales artères piétonnes du centre de la ville de Stockholm, qu’il remonte à près de 100 km/h en percutant plusieurs personnes. Le bilan de cette attaque terroriste fait état de 5 morts et de 14 blessés. Le conducteur ayant réussi à fuir la scène de crime, la police diffuse, quelques heures après l’attaque, un avis de recherche à l’encontre d’un homme.

Le conducteur du camion, arrêté le 8 avril, s’appelle Rakhmat Akilov. C’est un Ouzbek de 39 ans, membre de la minorité tadjike, qui a quitté son pays de naissance en 2014 pour la Suède. Sur place, il dépose une demande d’asile et commence à travailler sur des chantiers à Stockholm.

Ce qui se passe dans les mois suivants n’est pas connu avec certitude : selon Abdoulaziz Kamilov, le ministre ouzbek des Affaires étrangères, il se radicalise au contact d’une « cellule islamiste tadjike » puis est recruté via Internet par l’État islamique. En 2015, selon une source policière ouzbèke, il est arrêté à la frontière entre la Syrie et la Turquie, vraisemblablement en route pour rejoindre les zones contrôlées par l’organisation djihadiste, et renvoyé en Suède. Rien ne démontre que les autorités suédoises sont informées de cet épisode, bien que les autorités ouzbèkes assurent avoir contacté un pays occidental qui devait leur transmettre ces informations.

De retour à Stockholm, il reprend son travail sur des chantiers. En décembre 2016, sa demande d’asile est rejetée et Akilov est sommé de quitter le pays dans un délai de quatre semaines, ce qu’il ne fait pas. Il est donc placé sur la liste nationale des personnes recherchées en février 2017, au moment même où les autorités ouzbèkes auraient émis une notice rouge contre lui.

Durant sa garde à vue, Rakhmat Akilov se réjouit d’avoir écrasé des « infidèles ». Il réclame un avocat « musulman sunnite », demande qui lui est refusée par la justice. Il justifie son geste en mettant en cause les bombardements occidentaux en Syrie, et notamment ceux qu’il attribue à la Suède. La Suède n’a pourtant envoyé aucun moyen militaire là-bas, hormis une trentaine d’instructeurs et des centaines de millions de dollars d’aide humanitaire. De plus, le gouvernement suédois venait de critiquer le jour-même le bombardement américain sur la base aérienne syrienne d’Al-Chaayrate.

Par la suite, un Suédois porte plainte contre le gouvernement pour « homicide par négligence, lésions corporelles et faute grave ». L’auteur de la plainte pense que les hommes politiques ont une responsabilité majeure dans ce qui s’est passé en n’expulsant pas Rakhmat Akilov et en étant indifférent aux conséquences d’une décision de justice non exécutée. Selon lui, il est, en dernier ressort, de la responsabilité du gouvernement que le clandestin ait pu rester en Suède et mener son attaque.

Les trois victimes suédoises assassinées sont Lena Berglund, 69 ans, une femme de soixantaine d’années blessée dont l’identité n’est pas révélée et qui décède de ses blessures à la fin du mois d’avril et Ebba Åkerlund, une jeune fille de 11 ans qui a perdu la vie alors qu’elle rejoignait sa mère après l’école. Elle était en partie sourde et n’a pas entendu le camion arriver.

Brenton Tarrant Sebut Nama Ebba Akerlund Sebagai Alasan Penembakan, Siapa  Dia? | KASKUS

Les deux victimes étrangères assassinées sont Maïlys Dereymaeker, 31 ans, une ressortissante du village belge de Hal, et Chris Bevington, 41 ans, un dirigeant du site web de musique Spotify, né en Angleterre et résidant à Stockholm, 14 autres personnes ont été blessées.

Wikipédia