Suède : L’extrême droite en tête des sondages en vue des élections législatives, les “Démocrates de Suède” deviennent le second plus grand parti du pays

Le parti d’extrême droite des Démocrates de Suède serait devenu le premier parti d’opposition de droite selon les sondages, lundi (22 août), en amont des élections législatives suédoises en septembre.

Selon le dernier sondage d’opinion de SVT/Novus publié lundi, le parti d’extrême droite et eurosceptique des Démocrates de Suède (SD) aurait le soutien de 21,5 % des électeurs appelés aux urnes le 11 septembre prochain. Il devance donc largement le principal parti d’opposition, le parti modéré de droite, obtiendrait 17,4 %.

Ce nouveau sondage révèle que les Démocrates de Suède sont le deuxième plus grand parti de Suède après les Sociaux-démocrates au pouvoir et pourrait permettre au leader des SD, Jimmie Åkesson, de devenir Premier ministre. Or, compte tenu de ce nouveau sondage, M. Åkesson a été interrogé sur la formation d’un gouvernement lors d’une interview à la radio suédoise.

Le leader du SD a déclaré qu’il ne veut pas faire d’annonce avant les élections, ni sur le fait de savoir s’il revendiquera le rôle de Premier ministre si son camp arrive en tête, ni si le SD demandera à faire partie d’un futur gouvernement de droite.

« Je ne pense pas que je devrais rester là et tracer des lignes rouges sur ce à quoi le gouvernement devrait ressembler pour le moment. Nous devrons décider de cela après les élections. Si ça ne tenait qu’à moi, je serais dans un gouvernement majoritaire, mais je n’ai pas le droit de faire ça tout seul », a-t-il déclaré à P3.

La relation entre les modérés et les démocrates suédois a souvent été évoquée à l’approche des élections. Le leader de l’opposition et du parti modéré, Ulf Kristersson, a fermé la voie à ce que le parti d’extrême droite soit autorisé à siéger dans un éventuel gouvernement de droite, mais a laissé la semaine dernière la possibilité au parti SD de jouer un rôle sur la scène politique.

« Je veux leur donner une influence sérieuse sur laquelle nous nous mettons d’accord avant l’élection du gouvernement. Que nous ayons une vision commune de ce que nous voulons réaliser et que nous ayons des objectifs concrets », a déclaré M. Kristersson à DN.

Le sondage Novus indique également que les élections suédoises seront extrêmement serrées puisque la différence entre les blocs de droite et de gauche n’est que de 0,3 point de pourcentage.

Les sociaux-démocrates au pouvoir, les Verts, le Parti de gauche et le Parti du centre obtiennent ensemble 49,6 %, tandis que les modérés de droite, les chrétiens-démocrates, les libéraux et les démocrates suédois d’extrême droite les talonnent à 49,3 %.

En pratique, cela signifie qu’un seul siège sur 349 sépare les blocs.

EURACTIV