Suisse : Des milliers de personnes défilent contre le certificat sanitaire, les antifas perturbent une manifestation à Bâle

Une manifestation contre le certificat Covid et les “restrictions des libertés” a rassemblé près de 3.000 personnes samedi après-midi à Genève. Parti de la place de Neuve, le cortège a traversé les rues basses jusqu’à la place des Nations. Une foule hétéroclite accompagnée des «sonneurs de cloches de la liberté» a marché dans la ville pour dire son rejet du dispositif sanitaire.

“Liberté, liberté!”, scandaient les manifestantes et les manifestants, qui réclamaient notamment la démission d’Alain Berset. Quelques drapeaux suisses flottaient sur le défilé, et des pancartes tançaient “le pass de la honte”. Les opposants dénoncent aussi un “chantage” et appellent au “retour du bon sens”.

Plusieurs orateurs ou oratrices ont pris la parole à la place de Neuve. Ils ont appelé à rejeter le second volet de la loi Covid-19, soumise en votation le 28 novembre prochain. Cette manifestation, autorisée, s’est déroulée sans débordement.

Un mois plus tard, ils sont toujours là, mais plus nombreux encore. Le 9 octobre, plus de 2000 manifestants avaient défilé dans les rues de Genève pour dire leur opposition à la loi Covid-19, qui sera soumise au peuple le 28 novembre. Ce samedi, ils étaient près de 3000 à battre le pavé pour les mêmes raisons, aux cris de «liberté, liberté!» et «Berset, ton pass on n’en veut pas!» Les accompagnaient, dans un lent ballet aussi assourdissant qu’impressionnant, les Freiheitstrychler, littéralement les «sonneurs de cloche de la liberté», venus exprès de Suisse alémanique.

Le cortège, comme en octobre, était extrêmement mixte: tous les âges, origines et catégories sociales étaient représentés, à tout le moins visuellement. Un grand nombre de personnes étaient ceintes de drapeaux contestant «la discrimination» que génère de leur point de vue le certificat Covid, ainsi que «la vaccination forcée» qu’induirait le dispositif. À la place Neuve, les orateurs ont ainsi appelé l’assemblée à «sauver la démocratie» fin novembre. La loi contestée offre une base légale à l’usage du pass Covid, qui disparaîtrait en mars si elle était rejetée.

Manifestation et contre-manifestation à Bâle également

Plus de 1.000 personnes opposées aux mesures de lutte contre le coronavirus ont également manifesté à Bâle samedi après-midi dans un rassemblement autorisé par la police. Le groupe d’opposants “Mass voll” brillait par sa présence parmi le millier de personnes présentes. De nombreux drapeaux suisses flottaient également au-dessus de la foule. Un peu plus tard, les participantes et participants ont accueilli par des acclamations les fameux “Freiheitstrychler”.

Au même moment, près de 200 personnes participaient à une contre-manifestation non autorisée dans le Petit-Bâle. Elle était organisée par le groupe antifasciste “Basel nazifrei” (Bâle sans nazis), qui dénonce notamment la porosité entre les mouvements anti-Covid et les discours d’extrême-droite, notamment les théories complotistes antisémites.

20 Minutes