Suisse : Idriss Aberkane, le chantre du biomimétisme, sous enquête pour gestion déloyale

Temps de lecture : 2 minutes

Auteur de “Libérez votre cerveau”, conférencier et Youtubeur à succès, le franco-algérien Idriss Aberkane se retrouve au centre d’un imbroglio judiciaire dans le canton de Neuchâtel. Sa société General Bionics est en liquidation, ses avoirs sont gelés et il est inculpé de gestion déloyale. Selon lui, ses associés sont les fautifs.

Idriss Aberkane, 34 ans, présente un CV qui en impose. Trois doctorats, des centaines de conférences données dans le monde entier, un fort rayonnement médiatique et aussi quelques polémiques sur sa qualité de scientifique. Chantre du biomimétisme et de la “neurosagesse”, il a aussi lancé une start-up, General Bionics, en 2018 dans un bâtiment high-tech du littoral neuchâtelois.

Le lien avec la région s’est noué à travers un jeune Neuchâtelois ami de sa famille. Mais la belle aventure humaine et entrepreneuriale va rapidement sombrer. General Bionics a discrètement fermé à l’automne 2019. Il reste une fondation, Bioniria, domiciliée à Neuchâtel. Mais ses avoirs comme tous les autres comptes d’Idriss Aberkane en Suisse sont gelés par la justice neuchâteloise en raison d’une enquête en cours sur des soupçons de gestion déloyale.

Des associés traités de “racketteurs”

Comment tout a si vite et si mal tourné? Aucun témoin n’accepte de s’exprimer à visage découvert. Mais les avis se rejoignent pour décrire un Idriss Aberkane certes surdoué, bourré de bonnes idées mais à la personnalité assez envahissante et explosive.

Sa start-up censée s’inspirer de la nature devait tout à la fois produire une boisson naturelle, développer un jeu pour apprendre les langues ou encore résoudre des problèmes mathématiques. Un client sérieux a été trouvé pour le jeu vidéo, mais les dissensions internes ont eu raison du projet.

Contacté ainsi que son avocat, Idriss Aberkane ne nous a pas accordé d’interview, car il exige à la place un débat où il dit vouloir notamment aborder les problèmes de harcèlement à la RTS. Ce n’est pas le sujet.

Mais pour connaître sa position, il suffit de surfer sur les réseaux sociaux où il est très présent et très suivi avec plus de 200.000 abonnés à sa chaîne Youtube. Pour lui, tout est la faute de ses associés successifs. Il voit en eux “un groupuscule d’apprentis racketteurs” qui auraient notamment tenté de lui faire signer des reconnaissances de dettes infondées. […]

RTS