Suisse : L’intégration des réfugiés au marché du travail doit se poursuivre

L’intégration des réfugiés au marché du travail doit se poursuivre. Le Conseil fédéral demande au Parlement de renouveler un crédit d’engagement de 124 millions de francs pour soutenir l’intégration en 2022 et en 2023.

Les programmes d’intégration, qui sont menés depuis 2014, ont été raccourcis à deux ans au lieu de quatre pour une phase intermédiaire, a précisé le Conseil fédéral mercredi dans un communiqué. En 2024, la durée normale de quatre ans sera réinstaurée.

La phase intermédiaire doit permettre l’intégration dans les futurs programmes des enseignements tirés de l’Agence intégration suisse et des mesures d’accompagnement prises par le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) pour promouvoir le potentiel de la main-d’œuvre présente en Suisse.

Aides aux employeurs

Les programmes pilotes “Préapprentissage d’intégration” et “Aides financières” font partie de ces mesures. Ces aides sont accordées aux employeurs qui engagent, aux conditions de travail ordinaires, des réfugiés ayant besoin d’une initiation spéciale.

Le coût des programmes d’intégration cantonaux est estimé à 32 millions de francs par an pour les années 2022 et 2023, soit à peu près le même montant que celui des années précédentes, a précisé le SEM à Keystone-ATS. Le crédit d’engagement de 124 millions de francs englobe aussi le financement d’autres projets et programmes.

RTS