Télévision : « Rollon, sur les traces du premier Normand »

Il reste peu de traces du passage des Vikings en Normandie tant ils ont symbolisé au fil des siècles, les massacres et surtout l’affront sur les rois des Francs. Lundi 22 février à 22h50, la chaîne France 3 Normandie diffuse le docu-fiction « Rollon, sur les traces du premier normand », du réalisateur Alban Vian, habitant près de Rouen.

Passionné par sa région, le réalisateur Alban Vian, habitant Le Mesnil-Esnard, près de Rouen (Seine-Maritime), a toutefois retrouvé dans la bibliothèque François Villon à Rouen une des quatre copies dans le monde des chroniques de Dudon de Saint-Quentin qui relatent la vie du chef viking Rollon à la demande de son petit-fils.

De la Norvège à l’Epte

Au fil de rencontres du réalisateur Alban Vian avec les historiens Pierre Boutet, Jean Renaud, François Neveu et Jean-Marie Lévêque, il co-écrit avec Stéphane Miquel un docu-fiction intitulé Rollon, sur les traces du premier Normand pour France 3 Normandie. Le tournage d’une vingtaine de jours s’est effectué en juillet 2020. Lundi 22 février à 22h50, les téléspectateurs découvriront une œuvre 100% normande.

. .

L’histoire

Le film débute en 876 lors du bannissement de Rollon par son père, le roi norvégien Harald 1er. Après des errances par les îles Hébrides, le Viking exilé remonte la Seine jusqu’à l’Abbaye de Jumièges sur les terres de Neustrie dans un royaume carolingien affaibli : « À force de rapines, Francon l’évêque de Rouen lui concède ses terres contre sa protection. La poursuite de ses conquêtes amènera le roi Charles le Simple, en 911 a signé le traité de Saint-Clair-sur-Epte. Il devient alors Robert 1er. La Normandie, terre des hommes du Nord naîtra officiellement quelques années plus tard » explique Alban Vian.

Tourné en Normandie

Pour narrer cette conquête quoi de mieux que de bénéficier des décors de « la deuxième région la plus connue dans le monde après la Californie » comme aime l’indiquer Hervé Morin. Alors, « Il a fallu trouver des lieux de style roman. Les tournages se sont donc déroulés dans la collégiale de Bernay, La Chapelle Saint-Saturnin au-dessus de l’Abbaye de Saint-Wandrille, sur le site d’archéologie expérimentale Ornavik à Hérouville-Saint-Clair et au Château de Caen ou encore sur le snekkar Dreknor à Carentan. À cause de la crise sanitaire et à défaut de se rendre en Norvège, nous avons filmé au-dessus des falaises aux Petites et Grandes Dalles », détaille le réalisateur.

Distribution normande

Avec son producteur Samuel Moutel de Keren Production à Caen, il voulait aussi une distribution normande. Ainsi, après un casting rigoureux, Alban Vian a choisi, Victor Ovigne, du Conservatoire d’art dramatique de Rouen, pour interpréter le héros nordique. Il est accompagné par Vladimir Delaye (Robert de Neustrie) ainsi qu’Hervé Boudin (l’Évêque Francon) et Jean-Claude Duboc (Roi Charles V dit le Simple) des pensionnaires du Théâtre de l’Écho du Robec de Darnétal. « Je voulais que ce soit une production 100% normande sans régionalisme à outrance. La voix off aura aussi l’accent local grâce au comédien rouennais Philippe Torreton ».

Actu.fr