Thionville (57) : Un enfant albanais sourd, son père à la santé défaillante et toute leur famille menacés d’expulsion par une justice aveugle

Une manifestation a lieu ce samedi à Metz en soutien aux étrangers en attente de validation de leur titre de séjour. Parmi les cas sensibles, celui de Sojet, un petit Albanais de 8 ans sourd, scolarisé depuis deux ans à Thionville, dont la famille est menacée d’expulsion.

Il s’appelle Sojet (prononcez “Soyète”), il a huit ans, il est sourd. Mais d’origine albanaise, et menacé d’expulsion vers son pays. Scolarisé en classe adaptée (Ulis) à l’école des Coquelicots à Thionville depuis deux ans, ses progrès sont remarquables, selon les enseignants et les parents d’élèves qui se sont attachés à lui. Beaucoup manifesteront, ce samedi après-midi à Metz à 14 heures, entre la place de la République et la préfecture de la Moselle, pour réclamer le retrait de l’OQTF (Ordre de Quitter le Territoire Français) qui vise sa famille.

Sojet est un élève prodigieux : en 2 ans à peine en France il a rattrapé toutes ces années de maternelle trop chères en Albanie. De toute façon, là-bas, pas d’enseignement adapté aux enfants sourds. Même avec les appareils auditifs qui leur avaient coûté une fortune, avec un réglage tellement délicat que personne n’avait réussi !

Des progrès spectaculaires

Tous les adultes qui côtoient l’enfant ne tarissent pas de compliments sur lui, à l’image de Virginie, une maman révoltée qu’on renvoie un enfant chez lui sur le seul critère de sa nationalité :

La France, c’est un pays de mixité, on est de plein d’origines différentes. On devrait regarder les qualités des gens, plutôt que leur nom sur un papier”.

Sojet et sa famille sont venus en France à cause des problèmes de santé de son père, qui a déjà été opéré plusieurs fois. Le petit garçon a, depuis, un appareil auditif efficace, et un encadrement adapté à son handicap. Il perdrait tout cela dans son pays, selon Domingos, un autre parent d’élève : “Il serait condamné à une vie médiocre, sans structures adaptées, sans éducation. Il est admirable, super bon en maths. Il a un avenir ici. Là-bas, non“.

Ce serait une condamnation pour lui.”

Domingos redoute aussi l’impact que cette expulsion pourrait avoir sur les autres enfants de la classe : “Je ne sais même pas ce que je dirais à mon fils. Ils s’entraident, se tirent l’un et l’autre vers le haut“. Même sentiment chez Myriam, dont le fils est également sourd, comme Sojet : “Ce sont des enfants très observateurs, qui ont ce besoin de découvrir le monde. Ils ont quelque chose en moins, mais d’autres choses en plus. Sojet et mon fils ont ce lien, ils sont très complices“. 

Très en retard pour son âge à son arrivée à Thionville, Sojet sait aujourd’hui parler, lire et écrire en français et en langue des signes. Une pétition pour réclamer le droit de rester en France pour Sojet et sa famille est en ligne depuis quelques jours. Elle a déjà recueilli environ 300 signatures.

Lui qui tenait à peine un crayon à son arrivée, il commence à parler, écrire et lire en français ! Et c’est un phénomène en maths. Il est la mascotte de sa classe tellement il est gentil, souriant, toujours prêt à aider ses camarades. Pourtant, au lieu de jouer après le travail, il préfère continuer à apprendre tout seul la Langue des Signes dans son livre spécialisé.

Mais autour de ses yeux pétillants, il y a des cernes : l’inquiétude pour son père. En Albanie, quand le papa a été terrassé par des calculs rénaux énormes, il a subi une opération : un carnage. Totalement désespérée, la famille est venue se réfugier dans le pays phare de l’Europe. Il a reçu des soins à la hauteur de notre réputation, encore une opération et il sera libéré de ses douleurs insoutenables.

La France va se priver de cette richesse ? Des gens intégrés, agréables, qui rendent déjà une multitude de services ! Le papa est technicien informatique, on en manque mais il n’a pas le droit de travailler sans régularisation ! La France repousse cet atout ? Sojet est pourtant promis à un très bel avenir ! Le préfet de Metz refuse l’audience aux associations qui voudraient plaider la cause de cette famille et d’autres tout aussi exemplaires.

France Bleu