Toulouse (31) : Faux chèques, vrai cash, des Pakistanais arnaquaient les banques avec une technique simple et efficace

A Toulouse, trois hommes ont été écroués dimanche 17 octobre 2021. Grâce à une technique simple et efficace, ils auraient arnaqué plusieurs banques de centaines de milliers d’euros

Ils sont soupçonnés d’avoir escroqué des dizaines de banques. Trois hommes âgés de 23, 25 et 31 ans ont été placés en détention, dimanche 17 octobre 2021, après avoir été mis en examen pour « escroquerie en bande organisée, usage de faux et blanchiment », selon le parquet de Toulouse.

Faux chèques, vrai cash

Leur technique était à la fois simple et efficace : à l’aide d’une fausse identité, ils ouvraient un compte bancaire sur lequel ils déposaient des chèques volés. Avant de retirer immédiatement la somme en liquide. Un délai de plusieurs jours étant nécessaire aux banques avant de confirmer la validité d’un chèque, l’escroquerie pouvait prospérer tranquillement et le trio, originaire du Pakistan, écumer tranquillement la région Occitanie : Lot, Aveyron, Tarn…

Des centaines de milliers d’euros de préjudice

Et la Haute-Garonne, donc, cimetière de leurs rêves de richesse, où les policiers de la PJ de Toulouse les ont interpellés, vendredi 15 octobre 2021. Au total, le préjudice se chiffrerait à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Ces trois hommes, d’origine indo-pakistanaise et âgés de 23, 25 et 31 ans « ont été placés en détention provisoire », ce dimanche, confirme le parquet de Toulouse.

Les véritables patronymes de ces individus ne seraient pas encore clairement authentifiés, comme leurs moyens de paiement. Car ils sont soupçonnés d‘avoir escroqué des dizaines de banques notamment en Haute-Garonne, dans le Lot, le Tarn et l’Aveyron. Le préjudice se chiffrerait à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Leur technique : ils déposaient des chèques volés sur des comptes ouverts à l’aide de faux noms. Puis ils « jouaient ensuite sur les dates d’enregistrement et décaissez du cash » nous précise une source proche de l’enquête.

Des dizaines voire une centaine de faits ?

L’un des mis en cause serait en France depuis au moins 10 ans et les enquêteurs de la brigade financière de la direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) les soupçonnent d’avoir commis de nombreux autres faits, le parquet de Toulouse a donc demandé l’ouverture d’une information judiciaire. Un magistrat instructeur de Toulouse a mis en examen les suspects, ce dimanche, pour escroquerie en bande organisée, usage de faux et blanchiment. L’enquête se poursuit sur commission rogatoire.     

Radio 100%