Traite des Noirs et esclavage : les institutions patrimoniales face aux revendications mémorielles

Un buste de Toussaint Louverture, père de l’indépendance de Haïti et précurseur de la lutte contre l’esclavage, a été inauguré le 10 juin 2005 sur la rive droite de Bordeaux. © Crédit photo : Photo AFP

François Hubert dirigeait le Musée d’Aquitaine de Bordeaux lorsque furent ouvertes des salles dédiées à la mémoire de l’esclavage. Il retrace l’historique de l’irruption de la mémoire de l’esclavage et sa prise en compte par la société et les institutions.

Depuis une vingtaine d’années, l’histoire de la traite des Noirs et de l’esclavage a investi le débat public car elle est considérée comme fondatrice du racisme et des discriminations que nous connaissons aujourd’hui aux États-Unis mais aussi dans tous les pays occidentaux. Le côté spectaculaire des actions militantes (débaptiser les noms de rues, exiger des réparations financières pour les descendants d’esclaves, déboulonner les statues de ceux qui de près ou de loin ont participé à « l’infâme commerce ») agite au quotidien les médias et les réseaux sociaux et crispe les relations entre communautés…[…]

Couverture du livrephoto Mollat

L’article complet: Sud-Ouest