Travail des enfants en RDC : les géants de la tech doivent assumer leurs responsabilités

Temps de lecture : 3 minutes

Les multinationales Apple, Microsoft, Google, Dell et Tesla ont soumis une requête contre la plainte les accusant de bénéficier du travail des enfants dans les mines de cobalt en RDC. Ils ne peuvent pourtant pas nier leur implication.

Les compagnies Apple, Microsoft, Google, Dell et Tesla ont soumis fin août une motion commune à la cour fédérale américaine demandant le rejet de la plainte les accusant d’avoir bénéficié du travail des enfants dans les mines de cobalt en RDC. Si l’on pouvait s’y attendre, intéressons-nous tout de même à la manière dont elles essaient de se disculper et revenons sur les faits.

C’est en décembre 2019 que le collectif International Rights Advocates (IRAdvocates) a déposé plainte contre ces géants de la technologie, et ce au nom de 14 plaignants congolais.

À LIRE RDC : Apple, Microsoft et Google accusées d’avoir bénéficié du travail d’enfants dans les mines de cobalt

La plainte épinglait deux de leurs fournisseurs : le chinois Huayou Cobalt et l’anglo-suisse Glencore, propriétaires de plusieurs sociétés minières dans les provinces congolaises du Lualaba et du Haut-Katanga.

Des arguments non recevables

Les compagnies visées par la plainte ne contestent pas le fait que des enfants aient travaillé dans des mines de cobalt. Elles estiment en revanche qu’il n’y a aucune preuve qu’elles aient directement acheté du cobalt auprès de ces enfants, alors même que leurs fournisseurs ont plusieurs fois été accusés, dans divers rapports d’ONG, d’avoir eu recours au travail des enfants en RDC.

La requête de 53 pages soumise au nom des cinq multinationales soutient aussi que les accusations portées contre elles doivent être rejetées au motif que les enfants blessés ou morts dans les mines de cobalt n’étaient pas contraints à y travailler au sens où l’entend la loi américaine sur la traite des personnes (« TVPRA »). Mais pourquoi une personne risquerait sa vie pour extraire du cobalt pour un dollar par jour si elle n’était pas directement ou indirectement forcée à le faire ?À LIRE RDC : le travail des enfants dans les mines en chiffres

J’ajoute que même si les géants de la tech contestent la compétence de la cour fédérale dans cette affaire, la TVPRA reconnaît une compétence extra-territoriale aux cours et aux tribunaux américains qui leur permet de poursuivre les Américains impliqués directement ou indirectement dans la traite d’être humains en dehors de leur pays et de leur imposer les sanctions. Dès lors, il ne paraît pas inconcevable que ladite cour fédérale puisse statuer sur des dommages et intérêts pour les victimes.

Pour sa part, Alphabet, la maison-mère de Google, maintient que les charges contre elle doivent être abandonnées parce qu’elle ne peut être tenue pour responsable des mauvais comportements présumés de sa filiale. À mon sens, cette thèse ne tient pas non plus la route : comment peut-elle tirer profit de la vente d’appareils électroniques contenant du cobalt issu du travail des enfants en utilisant le nom de Google et espérer ne pas être tenue pour responsable au motif qu’elle ne serait pas directement impliquée ?

Implication directe

Quant au groupe Dell, il affirme que la cour fédérale n’est pas compétente pour statuer sur son cas parce qu’il n’est ni enregistré ni basé à Washington et parce que les faits présumés n’ont pas eu lieu sur le territoire américain.

CES COMPAGNIES POURRAIENT PERSUADER LEURS FOURNISSEURS DE METTRE FIN À CES PRATIQUES

Le D.C. Code (paragraphe 13-423) accorde pourtant à la cour fédérale de Washington un statut particulier, qui lui permet de se pencher sur les activités contractuelles des compagnies américaines qui n’ont pas de siège social dans la capitale. Et s’il est vrai que les faits n’ont pas eu lieu aux États-Unis, les appareils électroniques contenant du cobalt sont commercialisés sur le territoire américain.

Apple, Microsoft, Google, Dell et Tesla peuvent agir, j’en suis convaincu. Elles pourraient reconnaître leur implication indirecte dans le travail des enfants en RDC. Elles pourraient aussi persuader leurs fournisseurs de mettre fin à ces pratiques et soutenir les efforts menés localement pour éradiquer le travail des enfants.

20 Commentaires

  1. ça se termine quand l’indépendance du Congo belge? Treve de plaisanterie, il y a du blé à se faire dans le secteur du cobalt. Un futur gros producteur de cobalt est l’Australie. Il y a qques mines juniors pretes à devenir productrices, et on parle meme de rachat de ces mines par Tesla. L’Australie, immense pays de méchants blancs, riche en réserves minérales, sans esclavage d’enfants. Sur la bourse australienne, il y a qques juniors candidates à devenir des 100 baggers, vous y investissez par ex 10000$ et après x mois ou x années vous récupérez 1 million$, votre mise de départ X 100.

  2. C’est quand même rafraichissant de savoir que derrière chaque geek et bobo roulant en voiture électrique se cache un méchant esclavagiste d”enfants.

    • Tesla est obligé à s’acheter une bonne conscience. Si vous avez du cash, regardez du coté de la bourse australienne, c’est rempli de pépites juniors minières, potentielles 100 baggers.

    • Tesla est obligé de s’acheter une bonne conscience. Si vous avez du cash, regardez du coté de la bourse australienne, c’est rempli de pépites juniors minières, potentielles 100 baggers.

  3. En cas de problème avec le travail, je conseille à ces salopes de dirigeants nègres, d’ouvrir un code du travail blanc…….

  4. Quand on pense aux afro-esclaves-descendant d’ici qui nous parlent H24 de racisme tout en palpant la prime rentrée ,multiplié par xxxx mômes pondus..

    • Pas vraiment beaucoup d’afro-esclaves dans tout ça, à mon avis.

      Rien que des quadrumanes subsahariens qui ignorent tout de l’histoire de leur continent, sinon ils iraient s’en prendre aux arabes au lieu de détester les Blancs qui leur offrent bêtement le logis et le couvert.

  5. Concernant la criminalité en RDC

    “(…) En avril 2010, Margot Wallström, l’envoyée spéciale de l’ONU pour les violences faites aux femmes et aux enfants dans les conflits, qualifie le pays de « capitale mondiale du viol ». En 2011, selon une étude réalisée par trois chercheurs, quatre femmes seraient violées toutes les cinq minutes, soit presque une femme par minute…”

    Ces quatre femmes doivent vraiment avoir des journées bien rudes!

    –> fr.wikipedia.org/wiki/République_démocratique_du_Congo

  6. Toujours en train de chialer les nègres, ces enculés font bosser leurs gosses comme des esclaves, pis c’est la faute à “les autres”, toujours la même rengaine.
    C’est pas un peu indépendant depuis un bail le Congo belge?

Les commentaires sont fermés.