Trégueux (29) : “Valembrume”, le septième roman jeunesse de Camille Salomon raconte l’histoire de Zaïm, un riche Marocain victime de harcèlement raciste à l’école

Camille Salomon, 31 ans possède un certificat de correctrice et travaille pour les maisons d’édition, la presse, les particuliers. Auteure bien connue de romans jeunesse engagés cette bretonne de souche est briochine de naissance installée à Binic, elle aborde pour la jeunesse des thématiques fortes telles que la place de la femme dans la société, la protection de l’environnement ou encore les affres psychologiques auxquels sont confrontés les enfants et les adolescents.

J’ai toujours écrit, j’aime ça. J’ai participé à des concours de nouvelles et quand mes enfants sont nés, j’ai commencé à écrire des histoires pour eux, ça m’a plu, inspiré et depuis, je n’ai plus arrêté. J’écris principalement pour la jeunesse. J’ai toujours plusieurs choses sur le feu. Mais je ne peux pas encore vivre de mon écriture », confie Camille Salomon.

Ce roman, c’est l’histoire de Zaïm, 14 ans, qui vit à Lyon dans une famille riche mais est victime de harcèlement scolaire, de racisme. Son papa rêve d’un camping de luxe. La famille s’installe alors en Bretagne. Zaïm tombe amoureux de Valembrume, se reconstruit dans la nature sauvage du parc et va lutter contre ses parents pour que cela reste tel quel… La suite est à découvrir dans l’ouvrage.

Inspirée par une visite au parc animalier du Stérou

Valembrume est son septième roman. Il y a aussi les aventures des pirates, Anne et Jack, un roman avec une suite, le quatrième est en attente. En 2023, sortira un roman d’horreur pour ados, né d’un rêve. Et également un livre avec illustrations pour les 6-9 ans, l’histoire d’une petite vache qui ne veut pas finir en steak et qui part faire le tour du monde.

Valembrume est né à la suite d’une visite au parc naturel et animalier du Stérou, à Priziac, dans le Morbihan. Mon inspiration vient souvent comme cela, à la suite d’une visite, de découverte. Mes enfants m’inspirent aussi mais plus dans les personnages, les répliques, leur façon de penser, de voir les choses. Pour Valembrume, j’ai travaillé avec les propriétaires du parc qui ont écrit la préface et qui offrent, avec le livre, une entrée au parc », explique Camille.

Des ateliers d’écriture à Trégueux

Passionnée par l’écriture et l’exploration du pouvoir des mots, Camille Salomon n’hésite pas à s’engager sur d’autres formats et pour d’autres publics. Elle anime également des ateliers d’écriture auprès d’écoles, de centres de loisirs et de médiathèques, notamment celle de Trégueux, où elle est jury du prix « Kestuli ». « C’est chouette de travailler avec les enfants, ils ont beaucoup d’imagination, d’inspiration, souligne Camille. J’aime corriger, relire des ouvrages, des livres et je m’éclate dans l’écriture. Mon souhait est b

ien sûr d’en faire complètement mon métier. »

Zaïm est élève de quatrième et vit à Lyon avec ses parents. C’est un élève mal dans sa peau, victime de racisme, qui ne parvient pas à trouver sa place dans la société. Certains pointent du doigt ses origines marocaines, d’autres l’aisance financière de sa famille.

Dans son collège, riche et arabe ne vont pas ensemble. Un jour, ses parents lui annoncent vouloir tout quitter pour vivre en Bretagne. Ils rêvent de changer de carrière et d’être à la tête d’un camping de luxe. Zaïm trouve le projet ridicule, mais ne rejette pas l’idée d’aller vivre loin de Lyon.

Quand il découvre le domaine, Valembrume, il en tombe fou amoureux. Jour après jour, il panse ses cicatrices grâce à la nature. Mais ses parents prévoient un gros chantier de défrichage. Il rencontre alors Bleuenn, sa voisine, en marge de la société, elle aussi.

Ensemble, ils lutteront pour sauver Valembrume.

Ouest-France