Tunisie : Angelina-19, le sketch tunisien sur les vaccins qui fait bondir l’OMS

La période du ramadan est habituellement propice aux caméras cachées, et la télévision tunisienne n’a pas manqué d’honorer cette tradition cette année avec une thématique très d’actualité: la campagne de vaccination contre le coronavirus. Mais la blague n’a pas du tout fait rire l’OMS.

La chaîne privée Nessma TV diffuse depuis mi-avril un nouveau programme intitulé “Angelina-19”, en référence à Angelina Jolie et le fameux virus que l’on ne présente plus. Dans cette caméra cachée d’un goût très douteux, la sosie d’Angelina Jolie, Lina Sands, est présentée comme ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies. Elle apporte des doses du précieux sérum prétextant avoir l’accord de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

De “faux effets secondaires” pour effrayer une personnalité 

Des complices se font alors vacciner sous les yeux d’une personnalité qui est la seule piégée dans la vidéo. Quelques minutes après l’administration de ce (faux) vaccin, les acteurs simulent de très graves effets secondaires, allant même jusqu’à mimer un malaise cardiaque. De quoi susciter la panique de l’invité qui lui aussi s’est fait injecter ce même vaccin. 

La plaisanterie n’est pas du tout du goût de l’OMS. Son représentant en Tunisie, Yves Souteyrand, a écrit au ministre de la Santé tunisien le 21 avril pour demander l’arrêt immédiat du programme. Une lettre qu’a pu se procurer l’agence Tunis Afrique Presse (TAP).

Il est connu qu’une partie de la population est réticente à la vaccination et que des efforts importants doivent être menés pour établir la confiance vis-à-vis du vaccin. Les médias ont un rôle à jouer dans ce domaine. Mais il est à craindre qu’un tel programme diffusé sur une chaîne populaire à heure de large audience, ne contribue au contraire en associant le vaccin à la mort ou à d’effets secondaires graves, à favoriser le scepticisme, l’hésitation au vaccin et le complotisme”, écrit notamment Yves Souteyrand dans ce courrier également adressé à l’équivalent du CSA en Tunisie, la Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle.