Turquie : Ankara convoque l’ambassadeur français pour « propagande antiturque » au sujet des trois Kurdes assassinés à Paris

L’ambassadeur de France en Turquie a été convoqué lundi au ministère turc des Affaires étrangères, Ankara protestant contre ce qu’elle perçoit comme une « propagande anti-Turquie » en France, depuis le meurtre de trois Kurdes à Paris, selon une source diplomatique turque.

« Nous avons exprimé notre mécontentement face à la propagande lancée contre notre pays par les cercles du PKK », le Parti des travailleurs du Kurdistan, a critiqué cette source, en annonçant la convocation de l’ambassadeur Hervé Magro. Ankara reproche notamment à Paris d’avoir laissé des partisans du PKK manifester dans les rues de Paris, certaines de leurs pancartes évoquant des liens entre la Turquie et le meurtrier français.

Des accusations reprises « par des représentants du gouvernement français et des politiciens », assure ce diplomate, pour qui « le gouvernement français et certains politiciens ont été utilisés comme des instruments de propagande ».

Un conseiller spécial du président turc Recep Tayyip Erdogan a condamné dimanche les violences survenues à Paris après le meurtre de trois Kurdes, incriminant le PKK, « la même organisation terroriste que vous soutenez en Syrie. Le même PKK qui a tué des milliers de Turcs, de Kurdes et des forces de sécurité au cours des 40 dernières années. Maintenant, ils brûlent les rues de Paris. Allez-vous toujours garder le silence ? », avait-il poursuivi.

Attaque raciste

Au lendemain du meurtre de trois Kurdes vendredi à Paris, des manifestations en hommage aux victimes ont été émaillées de violences. Le retraité français a affirmé avoir agi par «haine pathologique » des étrangers.

Lors des manifestations, des slogans ont été scandés comme « Vive la résistance du peuple kurde ! » Le PKK est une organisation considérée comme terroriste par Ankara et l’Union européenne (UE).

La Voix du Nord