Turquie : “Macron l’insolent joue avec le feu”

Le président Erdogan a mis en question samedi 24 octobre “la santé mentale” de son homologue français. Dans un contexte toujours plus tendu entre les deux capitales, la presse turque progouvernementale accuse désormais le chef d’État français d“islamophobie”.

Cette fois, la guerre des mots entre les présidents turc et français aura fait une victime : l’ambassadeur français, récemment nommé en Turquie, a été rappelé à Paris pour “consultation”. Un acte diplomatique rare pour protester contre les dernières diatribes de Recep Tayyip Erdogan.

Mais quel est son problème avec les musulmans? Ce Macron a besoin de faire examiner sa santé mentale. Que préconiser d’autre face à un président qui ne comprend rien à la liberté religieuse et qui se comporte de manière discriminatoire vis-à-vis de millions de citoyens qui ne partagent pas sa foi ? […] Tu n’arrêtes pas de t’en prendre à Erdogan, mais ça ne t’apportera rien!”, a lancé samedi 24 octobre le président turc, rapporte le quotidien islamo-nationaliste Yeni Safak.

La presse progouvernementale s’indigne depuis plusieurs jours des discours prononcés par le président français à la suite du meurtre du professeur Samuel Paty, et des affichages publics des caricatures du prophète de l’Islam.

Macron l’insolent joue avec le feu”, titre ainsi le quotidien islamiste Yeni Akit, avant de s’indigner :

Incapable de gérer la crise économique et sanitaire que connaît son pays, Macron tente de faire diversion en s’en prenant aux valeurs de l’islam. En affichant sur des bâtiments publics des villes de Toulouse et Montpellier ces caricatures, la France insulte officiellement le prophète.

“Les beaux jours d’Ankara en Europe sont terminés”

De rares médias d’opposition s’inquiètent eux de la fuite en avant du président turc,à l’image du média en ligne Ahval: “Seule puissance dans la région à brandir l’étendard de l’islam politique, la Turquie s’en prend à tout le monde : la Grèce,l’Allemagne, les États-Unis, la France. Et cela dégénère jusqu’à ce que Erdogan traite le président français Macron de fou. L’atmosphère politique qui règne en France, en Allemagne et aux Pays-Bas semble montrer que les beaux jours d’Ankara en Europe sont terminés.

La décision française, un acte rare en matière diplomatique, intervient après une série de prises à partie réciproques entre les deux chefs d’État. Et ce au moment où les contentieux géopolitiques entre les deux pays ne cessent de se multiplier,que ce soit en Syrie, en Libye, en Méditerranée, mais aussi plus récemment dans le Caucase.

Paris a en effet dénoncé le soutien diplomatique et militaire apporté parla Turquie à l’Azerbaïdjan dans son offensive contre la république autonome du Haut-Karabakh. En ouvrant tous ces fronts, la Turquie se retrouve de plus en plus isolée sur la scène internationale.

Pourtant, le quotidien progouvernemental Sabah propose de nouvelles cibles pour nourrir la fureur du président Erdogan : “On ne peut qu’approuver les propos du président Erdogan sur l’islamophobie de son homologue français Macron, mais que dire des Émirats Arabes Unis et de l’Arabie Saoudite qui,bien que pays musulmans, sont tout autant les ennemis de la Turquie et de l’islam que la France ?

Yenis Afak