Un adolescent de 17 ans crée un faux centre de dépistage Covid et empoche 6 millions d’euros

Un jeune allemand a été condamné ce lundi pour avoir touché illégalement plusieurs millions en pleine pandémie de Covid-19.

Une fraude de près de 6 millions d’euros

En pleine pandémie, un Allemand de 17 ans a créé un faux centre de dépistage et a pu récupérer en quatre mois près de 5,7 millions d’euros en envoyant de fausses factures.

Bien que l’idée soit ingénieuse, elle n’est pas passée sous le radar des autorités allemandes. Le jeune homme a été jugé lundi.

Ce dispositif a permis à l’adolescent pendant plusieurs mois de frauder et d’empocher illégalement près de six millions d’euros, comme le raconte le quotidien Les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA).

L’information a été largement partagée par les médias allemands. A la fin de l’été 2020, le faussaire s’est vanté auprès de son entourage de gagner facilement de l’argent grâce à des tests de dépistage. L’objectif : s’intéresser de près aux personnes qui sont des cas de contact.

Et pour cause, en Allemagne, elles n’ont pas à payer le coût du test directement au centre de dépistage. La facture est envoyée à la Kassenärtzlichen Vereinigung (KV), une “association de médecins agréés par les services d’assurance maladie allemands”, explique la DNA. Par la suite, la Kassenärtzlichen Vereinigung rembourse simplement le centre, sur la base des factures qu’elle reçoit.

5 000 factures par jour

Le jeune homme de 17 ans a envoyé près de 500 000 factures à la KV, entre mars et juin 2021. L’association de médecins n’a pas jugé bon de vérifier la quantité phénoménale de tests censés être effectués par ce faux centre : quelque 5 000 factures quotidiennes ont été envoyées.

Le gain total ? 5,7 millions d’euros. Une somme qui n’est pas passée inaperçue auprès du banquier du jeune homme, qui ne comprenait pas comment un étudiant pouvait gagner autant d’argent. L’employé de la banque a alors contacté la police. Les gains accumulés par le jeune homme ont finalement été gelés et donnés à la Kassenärtzlichen Vereinigung.

Jugé ce lundi 30 mai, le fraudeur a comparu devant le tribunal pour enfants et a été condamné à une simple amende de 1 500 euros, à payer devant une “organisation d’utilité publique”.

Le faussaire devra également se tenir à carreau pendant un an, après quoi le tribunal étudiera à nouveau son cas et pourra prononcer une nouvelle sanction.

L’ODJ