Un ancien conseiller de Poutine, en désaccord avec l’invasion de l’Ukraine, a été hospitalisé d’urgence

L’ancien représentant spécial de Vladimir Poutine auprès des organisations internationales, Anatoli Tchoubaïs (en photo), qui avait quitté son poste en raison de la guerre en Ukraine, a été hospitalisé en Europe en raison d’une maladie auto-immune inflammatoire aiguë rare, a rapporté une journaliste russe. /Photo d’archives/REUTERS/Evgenia Novozhenina

Anatoli Tchoubaïs, un ancien conseiller du président Poutine, a fui la Russie en mars car il aurait désapprouvé l’invasion de la Russie en Ukraine. Il est à ce jour le neuvième oligarque russe subitement gravement malade (et seul encore en vie) depuis le début des opérations spéciales.

Selon un proche d’Anatoli Tchoubaïs, l’homme de 66 ans serait dans un état grave. C’est ce qu’affirme Christo Grozev de Bellingcat, un réseau de journalistes d’investigation et de fact-checking, qui a recueilli une série de témoignages.

Après être tombé gravement malade, Tchoubaïs a été pris en charge par des personnes en combinaison de protection. Il a été admis dans un hôpital où ceux qui s’occupent de lui portent des combinaisons Hazmat. Ces dernières protègent des substances dangereuses, témoigne une amie de la famille Ksenia Sobchak.

Au vu des premières analyses, Tchoubaïs semble souffrir du syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune assez rare qui correspond à une attaque de l’organisme sur les nerfs sains. Une situation qui a fait réagir la porte-parole d’Alexeï Navalny. “C’est la réputation du Kremlin“, écrit-elle sur Twitter. “Personne ne doute que Tchoubaïsa été empoisonné.”

De l’autre côté, le Kremlin se dit attristé de ce qui arrive à Anatoli Tchoubaïs. Son porte-parole, Dmitri Peskov, a d’ailleurs déclaré que la Russie était prête à aider l’ancien conseiller présidentiel, s’il le demandait.


Addendum – Arte le 28 mars 2022