Un code de conduite pour mieux prendre en charge les personnes détenues LGBTIQ+

Le personnel pénitentiaire sera mieux formé aux questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre – 1mn-

Le Centre suisse de compétences en matière d’exécution des sanctions pénales (CSCSP) a publié un document-cadre pour former et sensibiliser le personnel pénitentiaire aux questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre.

Jusqu’à la publication de ce document-cadre, il n’y avait aucune directive ni outil sur la prise en charge des personnes LGBTIQ+ dans les prisons suisses.

“Il y a encore aujourd’hui une forte discrimination à l’encontre de cette population, qui peut être le fait de codétenus, mais également de professionnels du milieu, souvent par méconnaissance de la thématique”, avance Jean-Sébastien Blanc, collaborateur scientifique au Centre suisse de compétences en matière d’exécution des sanctions pénales (CSCSP).

Personnel davantage formé

Le document vise notamment à mieux comprendre les besoins spécifiques de cette population. Il vient ainsi combler une lacune dans le système pénitentiaire suisse.

“Nous mettons l’accent sur le principe d’autodétermination, c’est-à-dire reconnaître le genre avec lequel les personnes s’identifient”, explique Jean-Sébastien Blanc. Le CSCSP souhaite également que cela “se traduise de manière concrète en matière de placement” dans les différents établissements et “en matière de santé et de traitements liés par exemple à des réassignations de genre”.

Le personnel pénitentiaire bénéficiera dorénavant de modules de formation spécifiques afin de mieux prendre en charge la population carcérale LGBTIQ+.

RTS