Un “enseignant” se plaint que les classes virtuelles permettront aux parents d’être “alertés” du lavage de cerveau de leurs enfants

https://summit.news/2020/08/25/teacher-complains-that-virtual-classrooms-will-allow-parents-to-witness-woke-brainwashing/

Temps de lecture : 2 minutes

Par Paul Joseph Watson

Un enseignant de gauche s’est plaint que les “ salles de classe virtuelles ” générées par le coronavirus, permettront aux parents d’assister en direct à l’endoctrinement que leur enfant reçoit, et que ce n’est pas une bonne chose.

S’il y avait un côté positif au coronavirus, c’est que beaucoup plus de parents se familiarisent maintenant avec ce que leur enfant apprend réellement.

Cela inquiète Matthew R. Kay, «éducateur» et auteur de Not Light, But Fire: Comment mener des conversations raciales significatives en classe .

Selon Kay, le fait que les parents entendent et voient tout ce à quoi leurs enfants sont soumis à travers le politiquement correct et la haine déversés en continu, signifie, Dieu nous en préserve, que ces parents pourraient venir à le contester.

«Donc, cet automne, les discussions virtuelles en classe auront de nombreux spectateurs potentiels – parents, frères et sœurs, etc. – qui se tiendront dans la même pièce. Nous ne saurons jamais vraiment qui peut entendre nos discours. Qu’est-ce que cela va donner pour notre travail d’équité / inclusion? » se demande Kay.

Dans quelle mesure les élèves ont ils été protégés par les barrières physiques de nos classes closes, combien sommes nous à les avoir entendus, en les encourageant à s’épancher, assurés que “ce qui se passe ici reste ici” ??

«Alors que les conversations sur la race font partie de mon domaine d’expertise et restent ma principale préoccupation dans cet environnement désormais dénué de murs protecteurs, je suis extrêmement préoccupé par les dégâts que les parents (agissant comme un chasse neige ou un hélicoptère pour disperser les résultats de notre travail) , peuvent faire sur les conversations honnêtes que nous avons sur le genre ou sur la sexualité», conclut-il.

Les “dégâts” actuellement causés aux enfants sont ceux qui les exposent à ce genre d’énergumènes extrémistes, anti-américains et remplis de haine anti blancs façon BLM, poussés par Key et ses semblables.

Apprendre à des enfants à se détester parce qu’ils sont blancs, et à se tourner vers des sexualités alternatives nuisible devient en effet plus difficile, dès lors que quelqu’un est là pour l’en dissuader en arrière plan, commente Dave Blount.

Peut être qu’avec le Covid 19, la scolarité ne reviendra jamais à cette “normale”, et ça, on peut penser que c’est une très bonne chose.