Un homme contracte (en même temps) le VIH, le Covid et la variole du singe

Pour la première fois, un homme a été testé positif au même moment pour trois virus majeurs : le SARS-CoV-2, la variole du singe et le VIH. Comment est-ce possible ?

C’est un cas unique dans la littérature médicale. Un homme de 36 ans, italien, a été positif au même moment pour trois virus pathogènes : le SARS-CoV-2, le virus de la variole du singe et le VIH. Le patient a passé cinq jours en Espagne, du 16 au 20 juin 2022. Quelques jours après son retour en Italie, il est fiévreux, fatigué et ses ganglions lymphatiques sont gonflés. Il fait un test de dépistage de Covid-19 qui s’avère positif. Mais, le jour même, son état de santé se dégrade. Des vésicules cutanées apparaissent sur son torse, ses membres inférieurs, son visage et ses fesses. Après trois jours où les boutons se sont propagés sans discontinuer, lui causant de terribles douleurs, le patient décide de se rendre à l’hôpital de Catania, en Sicile. 

Covid-19, variole du singe et VIH en même temps

Les analyses biologiques sont formelles, il est infecté par la variole du singe, une souche issue du clade « Afrique de l’Ouest », responsable de la flambée des cas en Espagne au début de l’été. Il est toujours positif à la Covid-19 ; pour le variant Omicron BA5 précisément. Le jeune homme raconte aux médecins que durant son séjour en Espagne, il a eu des relations sexuelles non protégées avec un autre homme. Par précaution, les médecins réalisent un dépistage pour les IST les plus fréquentes. Il est négatif pour les hépatites virales, l’herpès, la gonorrhée et la chlamydia, mais les analyses mettent au jour la présence du VIH à hauteur de 234.000 copies du génome du virus par millilitre. La numération de lymphocyte T4 du patient est dans les valeurs normales, ce qui suggère que l’infection est toute récente. En effet, l’homme avait fait un dépistage pour le VIH en septembre 2021 qui était négatif.

La relation sexuelle qu’a eue le patient semble être à l’origine de cette triple infection, les médecins soulignent que « les symptômes de la variole du singe et de la Covid-19 peuvent se chevaucher et corroborent le fait qu’en cas de co-infection, la collection anamnestique et les habitudes sexuelles sont cruciales pour effectuer le bon diagnostic ». Bien que différents, les deux virus se transmettent à la faveur d’un contact rapproché avec un individu malade, que ce soit par la peau pour la variole du singe, ou les aérosols pour la Covid-19. Comme ce cas est unique, il est difficile de dire si la présence simultanée des trois virus dans l’organisme du patient affectera significativement sa santé. Il est sorti de l’hôpital après que les symptômes de la Covid-19 et de la variole du singe ont disparu, et il suit désormais une trithérapie pour le VIH.

Futura Sciences