Un jeune médecin urgentiste, recadre un peu le “journaliste” Laurent Neumann

Tous les médias, réunis chaque jour en docte conclave sans être le moins du monde tenus de porter la muselière (mais dont on voit bien que le port obligatoire tout le temps et partout pour la plèbe, les ravirait au plus haut degré), ne se gênent pas pour faire la leçon aux français qui ne seraient pas assez disciplinés et mériteraient que la botte qui écrase déjà leur visage, soit chaque jour davantage alourdie.

Les gueux ne seraient pas assez obéissants et rechigneraient à accepter les mesures les plus incohérentes et les plus disproportionnées du régime qui les terrorise et leur retire leurs droits, sous couvert d’une épidémie.

C’est pourtant vraiment loin d’être le cas, si j’en juge par la soumission et la servilité des uns et des autres, majoritairement masqués dans les rues de ma ville quasi désertes en ce mois d’août, ou pire encore, déguisés en hommes invisibles, seuls dans leurs voitures.

L’urgentiste Jonathan Freund, qui a acquis une petite notoriété sur twitter avec un fil qui parle de la maladie sans langue de bois, et de son expérience de décroissance en cours de l’épidémie (avec ses lits vides et ses entrées inexistantes), n’est pas d’accord avec lui.

Une bonne occasion de remettre en place ce zélé petit télégraphiste du pouvoir (et ses épigones de plateau), chargés de maintenir le plus serré possible le licol oligarchique autour du cou des français, et dont l’unique (juteuse) fonction est de les abêtir, les culpabiliser et les apeurer au maximum pour les mener à la servitude.

https://www.facebook.com/quoidenewstv/videos/293690661746197/

Le fil Twitter de Yonathan Freund :

https://twitter.com/yonatman?lang=fr

« Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain… éternellement. » George Orwell