Un lieu pionnier d’intégration des personnes migrantes à Neuchâtel

Un lieu pionnier d’intégration des personnes migrantes à Neuchâtel / La Matinale / 1 min. 

Le canton de Neuchâtel continue de jouer un rôle pionnier dans l’intégration. Via son projet ESPACE qui fait appel à 16 partenaires, il a mis en place un lieu de formation et de vie pour les personnes issues de la migration, complètement unique en Suisse.

ESPACE (Espace Social et Professionnel d’Acquisition de Compétences et d’Expériences) permet d’offrir des cours de compétences de base (français, informatique notamment), des clés de compréhension aux personnes migrantes sur l’environnement dans lequel elles évoluent ou encore des activités telles que théâtre, expression écrite et jeux.

Les cours ne sont pas payants pour les réfugiés et à des prix très bas pour les autres nouveaux venus en Suisse. Un coin enfants est disponible pour les parents qui participent à des activités.

“Il n’y a rien de similaire en Suisse”, a déclaré jeudi le conseiller d’Etat Jean-Nat Karakash. Ce projet a donc bénéficié du soutien du Secrétariat d’Etat aux migrations qui le considère comme un projet-phare de l’Agenda Intégration Suisse. Il fait collaborer sur un même lieu des services de l’Etat et des partenaires privés (Caritas, CSP par exemple), des professionnels et des bénévoles.

300 apprenants

Le lieu accueille 300 apprenants, répartis sur les sites de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel et fait appel à 130 intervenants. ESPACE a ouvert ses portes début février. Il offre aussi des places de stage dans la restauration, la garde d’enfants, le secrétariat et l’intendance.

“Ce projet a pu être mis en place sans budget supplémentaire de l’Etat. Il a été rendu possible en mutualisant des forces et grâce à des synergies et aux moyens alloués par la Confédération”, a expliqué le chef du Département de l’économie et de l’action sociale. “Avec ce lieu, on peut offrir un accueil digne de ce nom”, a-t-il ajouté.

Bientôt des restaurants

ESPACE a aussi la particularité de fonctionner en gouvernance partagée. “Je salue mes collègues du gouvernement qui ont osé sortir des sentiers battus avec ce projet et cette structure de conduite différente”, a ajouté Jean-Nat Karakash.

Les restaurants d’ESPACE ont vocation à être ouverts à la population dès que la situation sanitaire le permettra. Pour l’heure, celui de Neuchâtel, le seul déjà opérationnel, propose des plats à l’emporter. “Avec ce lieu de vie, nous voulons aussi favoriser les échanges et montrer que la diversité est une richesse”, a expliqué Lydia Ward, coordinatrice pour ESPACE.