Un rassemblement prévu pour soutenir un sportif et une famille menacés d’expulsion à Dieppe (76)

A Dieppe (Seine-Maritime), quatre jeunes dont le sportif James Gitau du Stade Dieppois ont reçu une obligation de quitter le territoire français. Un rassemblement est organisé mardi 5 juillet 2022 devant la mairie. (©Les Informations Dieppoises)

L’association RESF et le Stade Dieppois vont parrainer quatre jeunes mardi 5 juillet à la mairie de Dieppe (Seine-Maritime). Quatre jeunes sont menacés de quitter le pays.

Une nouvelle fois, la solidarité sera au rendez-vous. Mardi 5 juillet 2022, à la mairie de Dieppe (Seine-Maritime), une cérémonie de parrainage républicain va être organisée pour quatre jeunes : deux lycéennes d’Ango, Romance Matsimouka (18 ans) et Israel Whitney Matsimouka (16 ans), leur petit frère Christ-Roi (15 ans) du collège Camus ainsi que James Gitau (29 ans), athlète inscrit au club du Stade Dieppois.

Tous les quatre sont sous la menace d’une obligation de quitter le territoire français.

L’association RESF, réseau éducation sans frontière et le Stade Dieppois vont unir leurs forces pour tenter de les faire rester à Dieppe.

Le Covid l’empêche de renouveler son titre

James est originaire du Kenya. Il est arrivé en France en 2018 avec un visa pour travailler comme jeune homme au pair.

Puis il a enchaîné les emplois dans la restauration, la maçonnerie dans l’optique de s’intégrer.

Cela fait neuf mois qu’il a rejoint le club d’athlétisme et il s’est vite acclimaté. Tout le monde suit ses progrès qui l’ont d’ailleurs fait briller jusqu’au niveau national comme l’a expliqué Patrice Rigaud, dirigeant du stade.

À l’image d’autres jeunes kényans, James a choisi de quitter son pays pour obtenir une vie meilleure.

Il parle français, est très motivé et a travaillé durant ces quatre dernières années en France. Mais avec le Covid, confinements et retards administratifs ont retardé son rendez-vous de renouvellement de titre de séjour.

Il a été décalé de trois mois, ce qui l’a empêché de signer de nouveaux contrats de travail. Et avec pour conséquence une OQTF reçue en mars.

Il consacre aussi beaucoup de temps dans les associations, au Stade Dieppois et auprès de l’association Oxygène. Il continue également d’apprendre le français.

Une pétition a été lancée sur le site Change.org afin de le faire rester ici.

Échapper aux violences politiques

Une famille est également sous la menace d’une OQTF. Marie-Adélaïde Moundele est arrivée du Congo-Brazzaville le 8 septembre 2018 avec ses enfants dont trois vivent avec elle aujourd’hui : Romance, Israël Whitney et Christ-Roi Matsimouka.

Après avoir vécu des violences politiques et militaires qui ont coûté la vie au grand-père, la famille a fui le pays et a fini par se réfugier à Dieppe où elle a trouvé un cadre de paix au sein du CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile).

Mais elle a été définitivement déboutée de sa demande d’asile le 17 février 2021 et fait maintenant l’objet d’une OQTF depuis le 13 janvier 2022, date du rejet de sa demande de régularisation auprès de la préfecture de Rouen.

La maman est suivie psychologiquement à l’hôpital de Dieppe face aux traumatismes vécus au Congo.

Mais elle participe assidûment aux activités du CADA, dont particulièrement le théâtre. Quant à ses enfants, ils sont tous bien intégrés.

La famille souhaite vivre de façon autonome et oublier les événements vécus dans son pays d’origine.

Pratique : Rassemblement devant le parvis de la mairie à 17 h 30, mardi 5 juillet. 
Une pétition pour la famille est également à retrouver : « Romance, Whitney et Christ-Roi doivent rester parmi nous »

Actu