Un “savant” affirme que des monuments de l’architecture occidentale ont été “volés” au monde islamique

Temps de lecture : 3 minutes

BY ROBERT SPENCER AUG 16, 2020

Dans un autre épisode de ce qui est apparemment une série d’articles sans fin conçus pour que leurs lecteurs ne soient pas fiers de leur propre culture et héritage, le Guardian du Royaume-Uni a publié jeudi un long article à couper le souffle intitulé: «Looted landmarks: how Notre -Dame, Big Ben et St Mark’s ont été volés à l’est.

Ce sont des phares de la civilisation occidentale. Mais, dit un nouveau livre explosif, les conceptions des plus grands bâtiments d’Europe ont été pillées du monde islamique – tours jumelles, rosaces, plafonds voûtés et tout.

Pillé! Bien sûr! Quand l’Occident judéo-chrétien a-t-il fait autre chose que voler, opprimer et tuer?

L’ article du Guardian met en lumière les «découvertes» d’une «experte du Moyen-Orient» nommée Diana Darke, auteure d’un nouveau livre intitulé (what else?) Stealing from the Saracens , que le Guardian’s Oliver Wainwright appelle «un livre exaltant et méticuleusement recherché qui perd lumière sur des siècles d’emprunt.

«Emprunter» est un mot plus poli que Diana Darke elle-même a utilisé, mais sinon Wainwright est complètement d’accord avec son projet, rapportant sa consternation de constater que ce n’était pas de notoriété publique en Occident que tout ce que nous avons, tout ce que nous avons fait, tout nous avons fait, est venu de l’Islam: «J’ai été étonnée de la réaction», a-t-elle déploré. «Je pensais que plus de gens savaient, mais il semble y avoir ce grand gouffre d’ignorance sur l’histoire de l’appropriation culturelle. Dans un contexte de montée de l’islamophobie, j’ai pensé qu’il était temps que quelqu’un redresse le récit.

Sûr. Et qui de mieux pour faire cela que l’illustre Diana Darke, qui est souvent présentée à la BBC, ainsi que dans le Guardian . Il est facile de comprendre pourquoi elle serait «l’expert du Moyen-Orient» préféré de l’intelligentsia britannique: son nouveau livre, avec ses affirmations ridicules, est un autre exemple des efforts continus de l’élite britannique pour obliger les Britanniques à croire que l’islam fait partie de leur propre culture et l’héritage, de sorte qu’ils auront honte de craindre de s’opposer à la migration massive des musulmans en Grande-Bretagne, ainsi qu’à la violence du djihad et à l’oppression de la charia des femmes et d’autres. C’est juste plus du suicide culturel continu de la Grande-Bretagne.

Dans ce cas, la tromperie et le tour de passe-passe sont maladroits et évidents. Notez que le sous-titre de l’article du Guardian affirme que «les conceptions des plus grands bâtiments d’Europe ont été pillées dans le monde islamique». Une pièce maîtresse de la thèse de Diana Darke est que «la conception architecturale de Notre-Dame, comme toutes les cathédrales gothiques en Europe, provient directement de l’église syrienne Qalb Lozeh du cinquième siècle.»

Une église du cinquième siècle. L’Islam est né aux septième et huitième siècles. Qu’est-ce que la conception d’une église préislamique en Syrie a exactement à voir avec le monde islamique? Rien. Rien du tout. Il se trouve que le site de cette église a été conquis par les musulmans plusieurs siècles après sa construction, donc pour Diana Darke, la Gardienne , et leurs lecteurs malchanceux, cela devient un exemple de la façon dont l’Occident a «volé» ou «pillé» le Monde islamique.

Encore plus ridicule est l’affirmation selon laquelle le Dôme du Rocher était la base de l’architecture des églises en Europe, lorsque le Dôme du Rocher lui-même a été calqué sur la grande cathédrale de Constantinople, Hagia Sophia. Saint-Marc à Venise a également été calqué sur Hagia Sophia, bien que Darke affirme qu’il était basé sur le Dôme du Rocher. L’intérieur de Saint-Marc est couvert sur pratiquement tous les espaces disponibles avec l’art chrétien, tout comme l’intérieur de Sainte-Sophie. Quelle est son influence la plus probable? Si ceux qui ont construit Saint-Marc imitaient le Dôme du Rocher, pourquoi n’ont-ils pas opté pour un intérieur plus austère?

Ce non-sens de Diana Darke fait partie d’un effort beaucoup plus large. L’automne dernier, le British Museum a organisé une somptueuse exposition intitulée « Inspiré par l’Orient », sur la manière dont l’art occidental avait été massivement influencé par l’art islamique, un autre exemple de la même abnégation culturelle . Qu’importe que l’influence islamique sur l’art occidental ait été sévèrement limitée par le fait que la charia interdit la représentation de la forme humaine. Ce fait aurait pu avoir un effet négatif sur l’islam et la charia, et a été laissé à l’arrière-plan.

Le British Museum a-t-il accueilli une exposition sur la manière dont l’art occidental a influencé le monde islamique, un sujet sur lequel on pourrait dire beaucoup de choses, allant de l’appropriation culturelle de l’architecture d’église byzantine aux similitudes stylistiques de l’iconographie chiite avec celle de l’Occident art? Bien sûr que non. L’objectif ici est d’amener les Occidentaux à mépriser leur propre héritage, pas à le vénérer.

Le British Museum, Diana Darke et le Guardian rendent au public britannique et aux habitants du monde occidental un grave mauvais service en les induisant en erreur sur leur propre culture et leur patrimoine, et ce d’une manière qui vise à les rendre complaisants et sans défense face à une menace réelle: celle de la violence du jihad et de l’oppression de la charia contre les femmes et les autres.

13 Commentaires

  1. Mesdames et messieurs, voici Diana Darke, dit Dédé pour les intimes.
    Immonde tromblon qui a dû se prendre râteau sur râteau dans sa jeunesse et qui se venge de l’homme blanc en suçant des babouches à longueur de journée.
    Arrivera-t-elle à se faire sauter par Momo ?

    Avec une bonne ceinture d’explosif c’est possible.

  2. Je hais les bougnoules, sous-race nullissime de crevards structurels, boulets de l’humanité exécrés par le monde vivant, destinés à crever massivement à force de gaver le genre humain.

  3. Les bicots n’ont jamais rien foutu sur le plan archi. L’art mauresque tire ses enseignements des civilisations perses et babyloniennes.

  4. Le guardian, le gardien de la connerie. Les mass media sont aujourd’hui les maitres du jeu, pour qui la connerie est une vertu. Leur but, c’est de nous culpabiliser; nous affaiblir, nous faire vivre dans la peur, dans l’anxiété et le stress permanent. Pourquoi le font ils? je pense connaitre la réponse…..

Les commentaires sont fermés.