Une enquête de la fondation Jean-Jaurès esquisse le profil des antimasques français

Temps de lecture : < 1 minute

Cette étude menée à partir de questionnaires partagés sur des groupes Facebook antimasques lève le voile sur ces opposants, défiants envers les institutions et sensibles aux théories conspirationnistes, selon l’auteur.

Ils veulent être libres et refusent de porter un masque pour se protéger du coronavirus. Dans une enquête* publiée lundi 7 septembre, la Fondation Jean-Jaurès tente de dessiner la sociologiedes militants antimasques, dont le mouvement peine à décoller en France. Les premières manifestations se sont tenues le samedi 29 août, notamment à Paris, où environ 200 participants ont été dispersés par les forces de l’ordre.

L’ampleur de la contestation tricolore semble bien faible face aux 18 000 personnes rassemblées le même jour à Berlin (Allemagne), majoritairement issues des sphères d’extrême droite. Aux Etats-Unis, des partisans de Donald Trump protestent également contre le port du masque. Mais en France, où les trois quarts des sondés se disent favorables à la mesure sanitaire, le profil des antimasques reste flou.

Catégories socioprofessionnelles, relations aux institutions, liens avec les théories conspirationnistes… C’est par un questionnaire diffusé au sein de groupes Facebook antimasques qu’Antoine Bristielle, professeur agrégé de sciences sociales, a tenté de dresser le portrait de ces citoyens mobilisés. Une méthode déjà employée par la Fondation Jean-Jaurès pour identifier les caractéristiques sociologiques des “gilets jaunes”, puis celles des soutiens du professeur Didier Raoult, promoteur de l’hydroxychloroquine pour soigner les infections au Covid-19.

[…] France Info

3 Commentaires

  1. Une méthode déjà employée par la Fondation Jean-Jaurès pour identifier les caractéristiques sociologiques des “gilets jaunes”, puis celles des soutiens du professeur Didier Raoult, promoteur de l’hydroxychloroquine pour soigner les infections au Covid-19.

    Ah je confirme. Ils sont vraiment intrigués par ceux qui refusent d’être des moutons.

    Ça les intrigue vraiment beaucoup.

Les commentaires sont fermés.