Une étude révèle que les selfies ont provoqué la mort d’environ 400 personnes depuis 2008, les Indiens surreprésentés parmi les victimes

Le selfie, cette pratique d’expression de soi, n’est pas aussi anodine qu’il y parait. Selon une étude, des dizaines de personnes perdraient la vie chaque année au moment de se prendre en photo.

Ils sont près de 400 depuis 2008 à être décédés… à cause d’un selfie. Tel est le résultat d’une étude réalisée par la Fondation Espagnole iO.

Le phénomène, qui avait ralenti en raison des restrictions sanitaires partout dans le monde, reprend de l’ampleur. Depuis le début de l’année 2021, une personne serait morte chaque semaine dans le monde en tentant de prendre un selfie. La grande majorité de ces victimes seraient des touristes, dans des zones qu’ils n’ont pas l’habitude de fréquenter. Les causes principales des décès seraient, pour 216 cas dus à des chutes dans le vide, pour 123 cas dus à des moyens de transport et pour 66 cas pour cause de noyade.

Les lieux les plus mortels sont quant à eux majoritairement situés dans des zones naturelles comme les chutes du Niagara au Canada, le Glen Canyon aux États-Unis, les montagnes de l’Oural en Russie ou l’archipel de Langkawi en Malaisie par exemple. L’étude place l’Inde comme le pays comptabilisant le triste record de 100 décès depuis 2008 pour un selfie. Les États-Unis lui succèdent avec 39 décès, ainsi que la Russie avec 33 décès.

Les victimes de ce fléau sont globalement assez jeunes. D’après l’étude espagnole, l’âge moyen se trouverait autour de 24,5 ans. 41 % sont des jeunes de moins de 19 ans et deux tiers sont des hommes.

Cependant, seuls les cas diffusés dans la presse de six langues différentes (Anglais, Français, Espagnol, Portugais, Allemand, Italien) ont été comptabilisés, laissant présager une réalité plus conséquente encore.

Selfies à tout prix

Certains créateurs de contenus en ont d’ailleurs fait leur fonds de commerce, comme Angela Nikolau. Cette jeune Russe aux 760.000 abonnés poste très régulièrement des photos et vidéos au sommet de tours ou d’immeubles, flirtant avec le danger.

Mais le selfie peut prendre parfois des formes inappropriées ou coûteuses. La perche à selfie est d’ailleurs interdite dans les musées, en raison de nombreux incidents après que des œuvres aient été détruites ou abîmées par des visiteurs alors qu’ils voulaient faire un selfie. Les réseaux sociaux voient également parfois immergés ces fameux autoportraits lors d’enterrements, d’accidents ou d’événements graves. En 2014, une Brésilienne avait choqué les internautes après avoir pris une photo tout sourire près du cercueil d’Eduardo Campos. Le candidat à la présidentielle était mort tragiquement dans un accident d’avion.

Neonmag