Une marionnette géante va parcourir 8.000 km entre la Syrie et l’Angleterre pour sensibiliser au sort des migrants

Marcher pendant quatre mois sans jamais s’arrêter, de ville en ville, de nation en nation, pour faire prendre conscience que, trop souvent dans le monde, des enfants se voient refuser le droit à une vie heureuse, en paix, avec une famille unie et sans être obligés de fuir : C’est un long voyage d’art, de spectacles et d’espoir que la petite Amal, une fillette syrienne de 9 ans sans mère et fuyant la guerre, entamera le 27 juillet grâce à The Walk, le plus grand festival itinérant jamais organisé en faveur de 34 millions d’enfants réfugiés et déplacés.

Un voyage aventureux et passionnant de 8.000 km, de Gaziantep, à la frontière entre la Syrie et la Turquie, à l’arrivée à Manchester le 3 novembre, qui touchera 65 villes et arrivera en Italie du 7 au 19 septembre : À chaque arrêt, la Petite Amal (dont le nom signifie espoir en arabe), une marionnette géante de 3,5 mètres fabriquée en fibre de carbone et en cannes de bambou par la Handspring Puppet Company, sera attendue par une foule d’événements culturels et de spectacles publics destinés aux adultes et surtout aux enfants, dans le cadre d’un festival impressionnant comptant des centaines d’événements et plus de 250 artistes et partenaires impliqués.

Mais The Walk, produit par l’oscarisé Stephen Daldry, la productrice de films Tracey Seaward, le metteur en scène David Lan et Good Chance, avec la direction artistique d’Amir Nizar Zuabi, n’est pas seulement un projet ambitieux, mais une tentative de rendre concrète et réalisable une révolution d’empathie, de courage et de partage. En Italie, où le Festival est produit par Roberto Roberto et Ludovica Tinghi et compte parmi ses partenaires le Teatro di Roma et le Maxxi, le Piccolo Teatro di Milano et le Teatro Pubblico Pugliese, il y aura 12 étapes : de Bari à Sanremo, en passant par Scampitella, Naples, Genazzano, Rome, Spoleto, Assisi, Florence, Bologne, Milan et Piana Crixia.

ANSA