“Une tenue n’est pas genrée”, “arrêtez de sexualiser les enfants” , les murs de l’école Sainte Jeanne d’Arc à Tours (37) tagués par un collectif féministe

L’école de Sainte Jeanne d’Arc à Tours (Indre-et-Loire) a été taguée dans la nuit du dimanche 12 juin au lundi 13 juin. • © Droits réservés

Une famille avait dénoncé début juin dans La Nouvelle République le refus de la direction d’accepter ses fils de 4 et 6 ans en classe car ils portaient une jupe et une robe.

“Sexisme hors de nos écoles”“son corps, sa tenue, son choix”“arrêtez de sexualiser les enfants” ou encore “une tenue n’est pas genrée” pouvait-on lire ce lundi 13 juin en lettres capitales sur les murs de l’école Sainte Jeanne d’Arc de Tours (Indre-et-Loire). Derrière ces graffitis et collages, un collectif féministe de Tours, qui n’en est pas à sa première action et dénonce ici l’attitude de l’établissement privé envers deux élèves. 

L’un des graffitis sur le mur de l’école Sainte Jeanne d’Arc à Tours. • © Droits réservés

Le 3 juin, un père de famille avait en effet protesté contre la mise à l’écart de ses deux fils de 4 et 6 ans du fait qu’ils étaient habillés en jupe et en robe. Interrogé par nos confrères de La Nouvelle République, il expliquait : “mon fils de 6 ans aime le rose, les paillettes, et porter des robes. Il n’est pas accepté en classe quand il en porte”. En signe de protestation, le parent d’élève s’était lui-même vêtu d’une jupe pour aller chercher ses enfants à l’école. 

“Notre établissement innove et adapte ses projets afin de permettre à chacun de trouver sa place, de combler ses lacunes, de développer ses capacités et ses goûts et d’affirmer ses choix”, est-il pourtant inscrit dans le projet éducatif de l’école maternelle et élémentaire Sainte Jeanne d’Arc, qui compte dix classes. Contactée, la direction n’a, pour l’instant, pas donné suite à notre demande d’interview. 

France 3