Union européenne de la santé : la Commission se félicite de l’accord sur le renforcement du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies

Le Parlement européen et le Conseil sont parvenus à un accord sur le renforcement du rôle de Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). L’ECDC pourra mieux soutenir l’UE et ses Etats membres dans la prévention des menaces.

Hier soir, le Parlement européen et le Conseil sont parvenus à un accord sur le renforcement du rôle du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Le mandat révisé de l’ECDC permettra à l’agence de jouer un rôle plus important en soutenant l’UE et ses États membres dans la prévention et le contrôle des menaces liées aux maladies transmissibles et en améliorant la préparation de l’Europe aux futurs défis sanitaires.

Saluant l’accord, le vice-président chargé de la promotion de notre mode de vie européen, Margaritis Schinas, et la commissaire chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides, ont fait la déclaration suivante : « Aujourd’hui, nous faisons un pas de plus vers une Union européenne de la santé plus forte. Une Union qui dispose de tous les outils nécessaires pour continuer à s’attaquer résolument à la COVID-19 et qui est prête à faire face aux futures crises sanitaires. Depuis le début de la pandémie, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a été à l’avant-garde de nos efforts communs pour faire face à cette situation sans précédent, en fournissant des évaluations des risques et des graphiques clairs pour faciliter la libre circulation en toute sécurité, en suivant l’évolution de l’épidémie de virus dans l’UE et en recommandant des mesures pour la contrôler. Sans ce travail, la coordination au niveau de l’UE n’aurait pas été aussi forte qu’elle l’est aujourd’hui. L’accord se traduit par une surveillance de pointe des futures épidémies, une planification conjointe accrue de la préparation et de l’intervention avec les États membres, des orientations plus fermes en cas d’urgence et un soutien accru aux États membres à tous les stades de la gestion des crises ».

Le règlement devra à présent être formellement adopté par le Conseil et le Parlement européen avant de pouvoir entrer en vigueur.

Commission Européenne