«Vaincre ou Mourir», l’histoire comme champ de bataille culturel pour les réacs

La sortie mercredi du premier film produit par le Puy du Fou, mettant en scène les bons royalistes contre les méchants républicains pendant la guerre de Vendée, est un exemple supplémentaire de l’offensive conservatrice en cours, qui utilise le soft power pour diffuser des idées sans en avoir l’air.

C’est un petit signe supplémentaire à ne pas sous-estimer : la sortie mercredi en salles du film Vaincre ou Mourir, premier long métrage de la société de production Puy du Fou Films, est un indice de plus qui accrédite l’existence d’une offensive conservatrice actuellement en France. On pourrait se rassurer en se réjouissant du piètre score réalisé l’an passé lors de la présidentielle par Eric Zemmour, qui a tenté d’incarner politiquement cette contre-révolution réac. Ce serait une erreur, car cette bataille culturelle et idéologique est loin d’être derrière nous.

De la même manière qu’un Vincent Bolloré poursuit son entreprise d’extrême droitisation des esprits dans le secteur des médias, via CNews, Nicolas de Villiers, à la tête du Puy du Fou, poursuit et même accélère le travail entamé par son père Philippe, héraut de la droite catholique réactionnaire pendant des années puis soutien d’Eric Zemmour. Le film Vaincre ou Mourir ? Il se penche sur l’histoire d’un général de la guerre civile de Vendée, qui vit s’affronter royalistes et républicains – pardon, les bons royalistes et les méchants républicains. Car à l’abri de la caution de trois historiens en introduction du film, le message, qui n’a rien de subliminal, est clairement antirépublicain, quitte à falsifier les faits (comme dans les spectacles du Puy du Fou).

Pour l’historien Guillaume Lancereau, que nous avons interrogé, il s’agit bien avec ce projet «de faire rentrer dans la tête d’un maximum de gens une vision réactionnaire et manichéenne» de l’histoire. Il n’y aurait pour certains esprits naïfs que folklore derrière tout cela. Ben voyons ! Croire cela, c’est ignorer que la prise d’assaut du Capitole par les supporters de Donald Trump n’a été possible qu’à cause du travail de longue haleine mené pendant des années par la droite américaine la plus conservatrice pour diffuser ses idées et multiplier ses relais. D’ailleurs, le distributeur de Vaincre ou Mourir ne s’en cache pas : sur son site internet, il dit vouloir s’inspirer «de ce qui se fait dans d’autres pays, en particulier aux Etats-Unis», pour répandre via la culture les valeurs chrétiennes et conservatrices. Cela a le mérite d’être clair.

Libération