Variole du singe : Sandrine Rousseau demande une sanction pour “homophobie manifeste” à l’encontre d’Aurélien Pradié

Un terme “discriminant” et “dévalorisant“. Sandrine Rousseau souhaite que la “variole du singe” soit rebaptisée. “Ce sont les associations qui le disent”, plaide la députée EELV du groupe Nupes, invitée politique de la matinale de LCI. “La variole du singe renvoie à une histoire de la discrimination pour les personnes gays” explique-t-elle. “Lors de l’arrivée de l’épidémie de sida, où il y avait une croyance du passage de la maladie du singe vers les humains, avec tout son lot de discriminations”, illustre la députée. 

Dès lors, “les personnes qui sont affectées par la variole du singe hésitent à aller le médecin pour se faire dépister, car c’est discriminant, le terme est dévalorisant”, abonde l’élue. “Peu importe le nom qu’on trouve”, ajoute Sandrine Rousseau, qui veut un autre regard sur cette maladie, classée comme une urgence de santé publique de portée internationale par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – son plus haut niveau d’alerte, jamais déclenché depuis le Covid-19. 

Le député du Lot et secrétaire général des Républicains, Aurélien Pradié, s’est défendu ce jeudi 4 août 2022 après avoir été accusé d’homophobie par Sandrine Rousseau, après des propos sur la variole du singe, tenus à l’Assemblée nationale cette semaine.