Villers-Saint-Paul (60) : Frappé et poignardé à la tête, «Il a fait le mort pour qu’ils le laissent tranquille»

Temps de lecture : 2 minutes

Un jeune homme a été victime d’une agression particulièrement violente ce dimanche 16 août. Il a été grièvement blessé, notamment à la tête. Une enquête a été ouverte.

« Mon fils n’avait jamais fait parler de lui. C’est quelqu’un qui ne fume pas, qui ne boit pas. Pour moi, il est le fils parfait. » L’émotion est contenue lorsque ce père de famille évoque ce qui est arrivé à son fils de 18 ans, Enzo. « Je ne peux pas laisser les gens faire. Je veux que ça se sache », justifie-t-il encore, avant de livrer le récit de la nuit du dimanche 16 au lundi 17 août.

« Il faut savoir que depuis un an ou deux, mon fils a une copine qui est d’origine pakistanaise », annonce encore en préambule l’homme. Au cours de la journée de dimanche, son fils a reçu une invitation sur Snapchat, « un type qui voulait le voir à Villers-Saint-Paul ».

Le jeune adulte accepte, mais bien conscient que cette invitation a quelque chose d’un peu louche et se rend dans la cité de Belle-Visée accompagné de quelques amis, entre 23 heures et 1 heure.

« Un véritable guet-apens »

Sur place, le groupe se retrouve nez à nez avec plusieurs autres personnes. Des adultes pour la plupart. « C’était un véritable guet-apens. Il a été frappé de plusieurs coups de poing, puis des coups de couteau, décrit le père. Il a fallu qu’il fasse le mort pour qu’ils arrêtent de le frapper. Ils se sont acharnés. »

Le jeune homme a été conduit à l’hôpital par ses amis, sitôt les agresseurs partis. Il souffre d’une fracture au bras et a été poignardé à plusieurs endroits, notamment sur le crâne et au coude. Il a dû subir une intervention chirurgicale dans l’après-midi de ce lundi 17 août.

Une plainte a été déposée au commissariat de Creil et une enquête est en cours.

Courrier picard

3 Commentaires

  1. Il devrait engueuler son fils et lui mettre un bon coup de pied au cul en sortant de lhosto.
    Pour sortir avec une pak pak faut quand même en vouloir….il cherche la merde et la donc trouvé à force.

  2. Moi j’ai décidé de sortir toujours accompagnée d’un couteau à huîtres,vaut mieux être prudente que morte.

  3. L’article du Courrier Picard est réservé aux abonnés.
    Pas facile de comprendre les causes du guet-apens.
    Mais le fait que ça se déroule dans une “cité”, c’est déjà une piste?

Les commentaires sont fermés.