Y a-t-il vraiment «un million de musulmans à Paris»?

En 2019, Paris comptait 2,161 millions d’habitants selon l’INSEE. Sauf conversion massive, le chiffre mis en avant par Muzmatch semble donc d’emblée fantaisiste. Capture twitter

LA VÉRIFICATION – C’est ce qu’affirme dans une campagne publicitaire une application de rencontres destinée aux musulmans. Un chiffre qui paraît invraisemblable. Mais qu’en est-il en réalité?

LA QUESTION. Le marketing est l’art du mentir vrai, aux fins de faire parler de soi. La mission semble réussie pour Muzmatch, entreprise basée à Londres proposant des rencontres matrimoniales «halal» entre musulmans, et qui accélère son développement en France depuis quelques jours. Certains murs parisiens ont ainsi été recouverts de grandes affiches affirmant que la ville comptait «un million de musulmans». Une déclaration qui a fait beaucoup réagir, notamment pointée par l’équipe de campagne d’Eric Zemmour. Et pour cause, l’entreprise s’adressait directement au candidat avec un autre slogan : «Hey Z, ici les Mohammed sont les bienvenus», ciblant celui qui a fait de la lutte contre le communautarisme islamique un cheval de bataille.

Mais comment la start-up a-t-elle sérieusement pu obtenir ce chiffre fantasque ? Surtout, qu’en est-il en réalité ?

VÉRIFIONS. En 2019, Paris comptait 2,161 millions d’habitants selon l’INSEE. Sauf conversion massive, le chiffre mis en avant par Muzmatch semble donc d’emblée fantaisiste. Contactée, l’entreprise avoue avoir usé de la synecdoque, «Paris» étant utilisée pour qualifier la région Île-de-France dans son ensemble. Sans doute les concepteurs de l’application, installés à Londres, auront appliqué l’appellation «grand Londres» à la capitale française.

Mais, là encore, la proportion réelle semble difficile à fixer précisément. La start-up explique, en l’absence de statistiques ethniques, avoir mixé plusieurs sources telles que EUMAP, ou Statista, qui évoque 5,4 millions de musulmans en France en 2020, soit la deuxième religion du pays. L’équipe cite également The Economist qui estimait la population musulmane d’Île-de-France à 10-15% du total, soit jusqu’à 1,7M de personnes, dans un article intitulé «quand les mairies se tournent vers La Mecque», de 2008. Selon l’Ifop, les musulmans étaient presque deux fois plus nombreux en Île-de-France (10%) que sur le reste du territoire (5,8%), en 2010. Cela signifierait donc qu’il y a 12 ans, sur les 3,77 millions de musulmans en France, 1,18 habitaient en Île-de-France (soit 31%, presque un tiers du total).

Mais ces valeurs absolues doivent être prises avec prudence tant les querelles statistiques ne cessent pas sur le sujet, d’autant que les estimations peuvent diverger radicalement selon les définitions, certains travaux recensant les musulmans pratiquants, d’autres plus largement les personnes culturellement liées à l’Islam. Le président algérien ne recensait-il pas «six millions d’Algériens en France» ? Pour la France entière, les chiffres vont de 2 à 3 millions de personnes… jusqu’à «15 à 20 millions», comme l’avait affirmé le ministre Azouz Begag en 2011. Une chose est sûre en revanche : l’islam est surreprésenté dans la région francilienne, en raison des flux migratoires qui y sont particulièrement importants.

Marketing sauvage

«Chez muzmatch nous aimons nous adresser aux musulmans avec humour – c’est à prendre avec un grain de sel et cela peut parler à notre audience», justifie Shahzad Younas, créateur de Muzmatch. Outre les affiches évoquant «un million de musulmans à Paris», et l’apostrophe à Eric Zemmour, un dernier slogan a d’ailleurs été utilisé : «Trouve babouche à ton pied». Le site revendique toutefois un militantisme identitaire plus sérieux, s’accompagnant d’un blog sur les musulmans en France. Sur ce dernier, on peut notamment lire des enquêtes sur les discriminations subies par les pratiquants de l’Islam, ou encore que «l’insécurité est un argument qui justifie des mesures drastiques pour nous priver de notre liberté de foi».

«Nous sommes contre la haine et l’islamophobie. C’est décevant de voir nos publicités gâchées et les commentaires haineux que nous avons eus sur les réseaux sociaux», se désole également l’entrepreneur. «Cependant, nous sommes allés dans les rues de Paris au début de la campagne et beaucoup de Français – musulmans ET non-musulmans – sont venus et nous ont partagé leur soutien», revendique-t-il enfin. En parallèle, l’entreprise a tenté de lancer le mot-dièse «Mohammedswelcome» sur les réseaux sociaux.

Selon nos informations, une agence de «guérilla marketing» aurait été utilisée pour faire imprimer plusieurs dizaines d’affiches et les placarder dans Paris. De façon illégale : les collages sont faits dans des endroits non autorisés, ce qui expose l’agence et Muzmatch à une amende substantielle. En 2020, la préfecture d’Île-de-France avait infligé une amende de 15.000 euros à Urban Act, une agence de publicité, pour ce type de faits. Un risque qui n’a pas refroidi le site de rencontres, prêt à payer ce qui revient parfois, amendes comprises, moins cher qu’une campagne d’affichage traditionnel… Plus encore lorsqu’une polémique s’en mêle.

En résumé, il n’y a bien sûr pas un million de musulmans à Paris, ce qui aurait signifié que près d’un parisien sur deux aurait l’islam comme religion. Dans toute l’Île-de-France en revanche, les musulmans seraient de 1 à 2 millions, selon les différentes études. Et près d’un tiers des musulmans en France habiteraient en région francilienne.

Le Figaro