Zimbabwe : L’État accepte de verser une compensation de 3,5 milliards de dollars aux agriculteurs blancs spoliés. Problème: le pays est ruiné

Temps de lecture : 2 minutes

Le Zimbabwe a accepté mercredi de verser 3,5 milliards de dollars de compensation aux fermiers blancs dont les terres ont été expropriées par le gouvernement pour réinstaller des familles noires, faisant ainsi un pas de plus vers la résolution de l’une des politiques les plus clivantes de l’ère Robert Mugabe.

Mais la nation d’Afrique australe n’a pas l’argent nécessaire et va émettre des obligations à long terme et approcher conjointement les donateurs internationaux avec les agriculteurs pour lever des fonds, selon l’accord de compensation.

Il y a vingt ans, le gouvernement de Mugabe a procédé à l’expulsion parfois violente de 4 500 fermiers blancs et a redistribué les terres à environ 300.000 familles noires, arguant qu’il s’agissait de corriger les déséquilibres fonciers coloniaux.

L’accord signé dans les bureaux du président Emmerson Mnangagwa à Harare a montré que les fermiers blancs seraient indemnisés pour les infrastructures des fermes et non pour la terre elle-même, conformément à la constitution nationale.

Les détails concernant la somme d’argent que chaque fermier, ou ses descendants, pourrait recevoir, compte tenu du temps écoulé depuis la saisie des fermes, ne sont pas encore clairs, mais le gouvernement a déclaré qu’il donnerait la priorité aux personnes âgées lors de la création des colonies. Les agriculteurs devraient recevoir 50 % de l’indemnisation d’ici un an et le reste dans les cinq ans.

Le ministre des finances Mthuli Ncube et le ministre de l’agriculture par intérim Oppah Muchinguri-Kashiri ont signé au nom du gouvernement, tandis que les syndicats d’agriculteurs et un consortium étranger qui a entrepris des évaluations ont également signé l’accord.

En tant que Zimbabwéens, nous avons choisi de résoudre cette question en suspens depuis longtemps“, a déclaré Andrew Pascoe, chef du syndicat des agriculteurs commerciaux représentant les agriculteurs blancs.

Les saisies de terres étaient l’une des signatures de la politique de Mugabe qui a rendu difficiles les relations avec l’Occident. Mugabe, qui a été évincé lors d’un coup d’État en 2017 et qui est mort l’année dernière, a accusé l’Occident d’imposer des sanctions à son gouvernement en guise de punition.

Le programme divise toujours l’opinion publique au Zimbabwe, les opposants y voyant un processus partisan qui a laissé le pays lutter pour se nourrir. Mais ses partisans affirment qu’il a donné du pouvoir aux Noirs sans terre.

M. Mnangagwa a déclaré que la réforme agraire ne pouvait pas être annulée mais que le paiement de compensations était la clé du rétablissement des liens avec l’Occident.

Reuters

2 Commentaires

  1. 3 500 000 000 $ ZWD ou des vrais $ USD ?

    Ramené en € ça fait déjà plus que… 8 197 911,88.

Les commentaires sont fermés.